La France versera 60 millions de dollars aux victimes américaines transportées vers les camps de la mort

La France versera 60 millions de dollars aux victimes américaines transportées vers les camps de la mort

La France va verser 60 millions de dollars aux victimes américaines qui avaient été transportées vers les camps de la mort par la Société nationale des chemins de fer (SNCF) pendant la Seconde Guerre mondiale, aux termes d’un accord passé entre Paris et Washington qui doit être signé lundi.

« Ces indemnisations concernent des centaines de survivants, des conjoints, enfants et héritiers », a indiqué l’ambassadeur pour les droits de l’Homme, chargée de la dimension internationale de la Shoah Patrizianna Sparacino, citée samedi par les médias français.

« Pour l’instant, l’objectif c’est que les déportés survivants touchent environ 100.000 dollars », a-t-elle précisé, relevant que le fonds des indemnisations sera alimenté par la France, alors que les Etats-Unis assureront la répartition.

La SNCF a refusé toute indemnisation systématique des survivants et familles d’anciens déportés, arguant qu’elle n’avait été qu’un rouage de la machine nazie d’extermination et du régime de Vichy.

La SNCF ne peut être tenue pour responsable des déportations, a indiqué Mme Patrizianna Sparacino, soulignant que c’est aux autorités françaises de l’époque d’en assumer les conséquences.

La France a été contrainte de verser ces indemnisations car elle courait le risque de perdre des contrats de plusieurs milliards de dollars que pourrait toucher l’entreprise ferroviaire française sur le sol américain.

Depuis de nombreuses années, des élus américains s’opposent en à ce que la SNCF gagne des appels d’offres sur leur territoire, tant que l’entreprise n’a pas indemnisé les victimes et descendants des victimes américaines des déportations.

Réquisitionnée par l’Etat français sous le régime de Vichy, la SNCF a déporté 76.000 juifs de France dans des wagons de marchandises à travers le pays et vers les camps d’extermination entre 1942 et 1944.

Mots Clefs:
FranceUSA

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *