La France expulse un Marocain « impliqué » dans un groupe djihadiste français

La France expulse un Marocain « impliqué » dans un groupe djihadiste français
0 commentaires, 31/01/2013, Par , Dans Monde

Un ressortissant marocain « impliqué dans le groupe djihadiste » français dissous « Frosane Alizza » a fait l’objet jeudi d’une mesure d’expulsion vers le Maroc, a annoncé le ministère français de l’Intérieur.

« En application d’un arrêté ministériel du 14 janvier 2013, après avis favorable de la commission d’expulsion, A. Benhammou, ressortissant marocain, a fait l’objet, aujourd’hui, d’une mesure d’expulsion du territoire français. Il a été éloigné vers le Maroc », a indiqué le ministère dans un communiqué transmis à la MAP.

« Les faits qui lui sont reprochés sont graves », ajoute le communiqué, précisant que le mis en cause « a participé, sur le territoire français, aux activités de deux cellules liées au mouvement terroriste islamiste Forsane Alizza, qui a fait de la France une cible prioritaire et a été dissous » par les autorités françaises en 2012.

Il a également « fait la démonstration de sa volonté de prendre part à la lutte armée, en tentant de se rendre en Iran, avec l’objectif d’atteindre l’Afghanistan », ajoute-on de même source.

Selon le ministère, les actes commis par le mis en cause « sont de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de l’Etat français ». « Sa volonté de recourir à la violence et son hostilité envers les valeurs de la République ne font aucun doute. Son expulsion s’est imposée », explique-t-il.

« Le ministre de l’Intérieur, ajoute le texte, rappelle que la République restera inflexible envers ceux qui, se trouvant sur le territoire national, veulent s’en prendre à ses institutions et entendent faire prospérer un discours haineux, radical et obscurantiste ».

Mardi à Bruxelles, le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, avait annoncé l’expulsion « dans les prochains jours » de plusieurs prédicateurs et imams radicaux étrangers.

« Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la prévention du processus de radicalisation et de la lutte contre l’islamisme radical et le « djihadisme global », a précisé le ministre qui participait à une conférence internationale sur la lutte contre l’extrémisme violent.

Mots Clefs:
Maroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *