La communauté internationale ne peut comprendre le « mutisme » du CS de l’ONU sur la situation à Gaza

La communauté internationale ne peut comprendre le « mutisme » du CS de l’ONU sur la situation à Gaza

Le Conseil de sécurité de l’ONU « doit envoyer un message » pour la cessation des violences dans la bande de Gaza et la communauté internationale « ne peut comprendre le silence » de l’Organe exécutif, a affirmé lundi soir à New York, l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Mohamed Loulichki.

« Il y a urgence, le moment est très grave et la communauté internationale ne peut comprendre que le Conseil de Sécurité ne puisse s’exprimer sur une situation qui empire de jour en jour », a souligné l’ambassadeur aux journalistes, peu après des consultations à huis clos des Quinze sur un projet de déclaration à la presse, présenté par le Maroc.

Ce projet de déclaration en instance depuis la soirée, en prévision de son éventuel adoption mardi matin, a été présenté jeudi dernier et a fait depuis l’objet d’intenses discussions, de nombreuses démarches et consultations bilatérales menées par la délégation marocaine auprès de chaque membre du Conseil.

L' »accent a été mis sur la nécessité d’adopter cette déclaration aujourd’hui même (ce lundi) au vu de la détérioration de la situation et pour venir en appui aux bons offices et aux médiations entreprises par plusieurs pays ainsi que par le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon », actuellement en tournée dans la région, a dit l’ambassadeur.

« L’opportunité et le timing de la proposition présentée par le Maroc vient justement à point nommé pour accompagner et appuyer ces initiatives », a insisté M. Loulichki.

Au cours des différentes consultations, « nous avons développé les arguments qui militent en faveur d’une adoption la plus prompte possible. Nous avons fait appel à l’esprit de responsabilité de chaque Etat membre devant une situation explosive née de l’agression israélienne et qui risque de se détériorer davantage », a-t-il dit.

Il y a une « prise de conscience » de plus en plus évidente que « plus le temps passe plus la possibilité de concrétiser la vision de deux Etats vivant cote à cote commence à s’estomper et à perdre son momentum en raison de la politique de colonisation effrénée poursuivie par Israël dans un défi à l’ensemble de la communauté internationale ».

Quelque soit la « forme et le statut » du document qui va sortir du Conseil, l’opinion publique « ne va retenir que le fait que le Conseil de sécurité a envoyé un message aux parties pour cesser les tueries, et mettre fin à l’agression militaire israélienne », a-t-il dit.

« Gaza se trouve en sang et en flamme sous les bombardements aveugles de l’armée israélienne qui n’épargne ni école, ni maison, ni hopitaux et qui cible indistinctement une population civile dont le seul pêché est d’avoir voulu rester enraciné sur la terre de ses ancêtres », a déploré l’ambassadeur.

Plus de 100 Palestiniens ont trouvé la mort depuis le déclenchement de la lâche agression militaire israélienne contre la bande de Gaza, il y a six jours.

Suite à ces évènements tragiques, SM le Roi Mohammed VI, a ordonné la mise en place immédiate d’un hopital de campagne marocain dans la bande de Gaza, rappelle-t-on.

Et l’ambassadeur de conclure « le Conseil de sécurité ne peut rester insensible et indifférent » à ce qui se passe dans cette région. Car plus les jours passent, plus le bilan s’alourdit et s’aggrave parmi la population civile palestinienne à Gaza, et cela, l’opinion publique internationale ne le comprendra pas ».

Mots Clefs:
Maroc

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *