La circulation à Casablanca est devenue insupportable

La circulation à Casablanca est devenue insupportable
0 commentaires, 10/04/2013, Par , Dans Société

Selon un sondage d’opinion mené sur internet entre janvier et février et récemment publié par l’institut Averty Market Research& Intelligence, le transport dans les villes marocaines est devenu insupportable pour 44% des Marocains, avec 95% à Casablanca et 72% à Rabat. Le sondage, réalisé sur l’utilisation des moyens de transport, montre que les utilisateurs d’automobiles représentent 31% des sondés, 21% empruntant les bus et 19% les petits taxis.Le reste utilise d’autres moyens de transport…

Les personnes interrogées ont fait savoir que le choix du moyen s’effectue selon des critères pratiques, à 42%, pour la vitesse (40%), le prix (37%), sachant que le travail est la principale raison des déplacements (51%), suivi par les occupations et affaires personnelles (48%), puis le transport scolaire (34%).

Parmi les usagers de voitures, 35% passent plus d’une heure par jour en auto et 56% dépensent plus de 1.000 DH en frais divers (carburants, maintenance…). 58% prennent régulièrement des petits taxis, où ils passent moins de 30 minutes par jour, et pour lesquels ils dépensent plus de 200 DH par mois.

Pour les personnes empruntant les transports publics, 54% y passent moins de 30 minutes par jour et 74% paient 400 DH au maximum chaque mois. Pour ce qui est des délais d’attente, 49% des sondés disent attendre en moyenne 10 minutes avant de trouver un taxi et 58% attendent leur bus en moyenne 15 minutes.

Concernant la dernière augmentation des prix des carburants, 56% déclarent ne pas en avoir été convaincus, contre 44% qui ont compris et admis la mesure. 52% reconnaissent que cette augmentation est supportable, 32% ont dû relever leurs dépenses de transport et 30% ont réduit leurs déplacements.

A Casablanca, ils sont 63% et 47% à dire être disposés à ne plus prendre leurs voitures et les petits taxis, pour emprunter le tramway. Quant à ceux qui préfèrent garder leurs moyens de transport habituels, et ne pas prendre le tram, 51% l’expliquent par l’éloignement des stations d’arrêt du tram et 23% par les durées des trajets.

Pour ce qui est de l’infrastructure routière, 51% des sondés reconnaissent être satisfaits du réseau autoroutier national, mais 28% seulement estiment que la qualité des routes au Maroc est satisfaisante, et 29% disent que les moyens de transport nationaux sont sûrs.

L’échantillon retenu pour l’enquête est de 32 % d’étudiants, 24% de cadres, 16% d’employés, et 81% sont âgés de 20 à 34 ans.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *