La « bombe » de Rachid Taoussi

La « bombe » de Rachid Taoussi
0 commentaires, 04/10/2012, Par , Dans Couverture, Sport

Le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale, Rachid Taoussi, a fait exploser une véritable bombe, une grosse, en déclarant lors d’une émission sur Médi 1 TV qu’il était informé de sa désignation en remplacement d’Eric Gerets deux mois avant la date de l’annonce officielle, et que c’était pour cette raison qu’il était en contact avec l’ancien international Walid Regragui, devenu aujourd’hui son adjoint.

Ces déclarations de Taoussi sont intervenues un jour seulement avant sa présentation officielle en conférence de presse tenue en présence des membres du Bureau fédéral et du staff technique de la sélection nationale. Les propos du nouvel entraîneur sont venus confirmer, encore une fois, que la Fédération a, encore une fois, vendu des illusions au public, et que le processus de désignation du nouveau sélectionneur était une vaste duperie, du fait que ses résultats étaient connus à l’avance. Question : Si le Bureau de la Fédération avait une aussi grande confiance en Taoussi, pourquoi donc ne l’a-t-il pas nommé directement à la tête de l’équipe nationale, nous évitant tout ce tapage ?

Ce qu’a dit Rachid Taoussi est un scandale.

Une enquête doit être ouverte pour connaître les détails et les dessous de cette affaire, et pour comprendre aussi pourquoi le Bureau fédéral a choisi de « mentir » à des millions de Marocains, pourquoi il a pris sur lui d’ « humilier » les autres entraîneurs, optant pour quatre d’entre eux, malgré eux, eux dont aucun n’avait présenté de candidature. Ce faisant, en effet, la Fédération a montré comme avant son irresponsabilité, a bien rappelé qu’elle n’hésite pas à se jouer des sentiments des gens, et a encore établi clairement que ce qui anime la plupart de ses membres sont ces petits calculs, forcément étroits, et non pas l’intérêt général. Et tout cela dans une absence totale de transparence, bien évidemment…

Si un tel scandale s’était produit au sein d’une fédération qui se respecte un tant soit peu, le monde en aurait été bouleversé autour d’elle, on aurait demandé des comptes aux responsables, le parlement se serait saisi de l’affaire, les députés auraient exigé la tête du président et auraient aussi convoqué le ministre des Sports, qui est le chef du département de tutelle de ladite fédération… Las, nous sommes en présence d’un organisme présidé par un individu du nom d’Ali Fassi Fihri… il est donc tout à fait inutile d’attendre quoi que ce soit qui ressemblerait de près ou de loin à une enquête.

Cet évènement, puisqu’on peut le qualifier ainsi, survenu au sein de la Fédération de Taoussi et de Fihri, doit pousser Mohamed Ouzzine, le ministre de la Jeunesse et des Sports, à intervenir comme la loi l’y autorise, et remettre les choses à leur endroit. Il doit sanctionner ceux qui doivent l’être, car la loi le lui permet… En effet, la responsabilité première du ministère est de redresser les anomalies, et les torts aussi. Le ministère ne doit pas rester passif, ou inactif, et encore moins se soumettre au sort, impuissant…

Si Ouzzine n’intervient pas, comme devrait le faire le ministre qu’il est, alors il sera considéré comme acteur et intervenant dans cette affaire ; il devra également assumer sa responsabilité historique car si, demain, les comptes devaient être effectués, on dira que tel jour de telle année, la Fédération de Fassi Fihri avait trompé des millions de Marocains en jouant devant eux une comédie en dix jours, en connaissant bien avant le nom de celui qui devait être désigné au terme de la sélection entre quatre entraîneurs… et que le ministre n’a rien fait, rien dit, rien contesté.

Avez-vous bien compris, Monsieur le Ministre ?

Mots Clefs:
Marocains

À propos Yassine Nasim

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *