L7a9ed (Mouad Belghawat) emprisonné entame une grève de la faim, selon des proches

L7a9ed (Mouad Belghawat) emprisonné entame une grève de la faim, selon des proches

Le rappeur Mouad Belghawat, qui purge une peine d’un an de prison pour « outrage à la police », a entamé lundi une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention, ont affirmé plusieurs de ses proches, ce qu’a réfuté toutefois l’établissement pénitentiaire.

Selon ces proches, le rappeur contestataire, qui se trouve dans une prison de Casablanca, la plus grande ville du pays, s’est notamment vu confisquer « tous ses écrits (en cours, ndlr) au prétexte que certains portent atteinte aux institutions », sans autre précision.

« Il a décidé d’entamer ce lundi une grève de la faim à la suite d’une accumulation de vexations et en l’absence de réponse à ses demandes visant à rencontrer le directeur de la prison ainsi qu’un médecin, car il se sent affaibli physiquement », a déclaré à l’AFP Maria Karim, une amie proche et militante au sein du mouvement du 20-Février.

Joint par l’AFP, le directeur de la prison, Mohamed Bendriss, a de son coté catégoriquement nié que le détenu ait entamé une grève de la faim.

Surnommé Al-Haqed (« le rancunier »), Mouad Belghawat est considéré comme le chanteur du mouvement du 20-Février, né en 2011 durant le Printemps arabe et qui réclame des réformes politiques profondes au Maroc.

L’an dernier, il a été reconnu coupable « d’outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué », en raison d’un clip diffusé sur le réseau social Youtube mettant en scène des policiers marocains.

Human Rights Watch (HRW) a demandé aux autorités marocaines d' »annuler les accusations » contre le chanteur et de le libérer.

« Cette affaire est tout simplement une affaire de liberté d’expression. Chaque jour qu’il (le rappeur) passe en prison rappelle la distance entre les lois du Maroc et sa pratique », selon l’ONG basée à New York.

Mouad Belghawat a récemment obtenu le prix de l’intégrité 2012 de l’ONG Transparency Maroc « pour son honnêteté et la justesse de son combat pour une société intègre et transparente ».

Sa sortie de prison, au terme de son année de détention, est prévue fin mars.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *