Le journaliste emprisonné Moustapha Hasnaoui entame une grève de la faim

Le journaliste emprisonné Moustapha Hasnaoui entame une grève de la faim

Le journaliste marocain Moustapha Hasnaoui, condamné à trois ans de prison pour des délits liés au « terrorisme », a entamé vendredi une « grève de la faim illimitée » pour protester contre ses conditions de détention, selon le comité qui le soutient.

Le président du gouvernement, l’islamiste Abdelilah Benkirane, et la direction pénitentiaire « sont responsables de ce qui pourrait arriver à M. Hasnaoui si sa grève de la faim continue », a précisé le communiqué publié vendredi par le comité de soutien au journaliste.

Travaillant pour le magazine marocain « Assabil » (prosalafiste), le journaliste a été arrêté le 27 mai 2013 et condamné à quatre ans de prison en vertu de la loi antiterroriste votée en 2003 après une vague d’attentats à Casablanca.

« La décision de M. Hasnaoui est la conséquence d’une série de mesures injustes qui l’ont privé de ses livres et de ses affaires, juste après la décision du Comité d’action de l’ONU le considérant comme victime de détention arbitraire », conclut le communiqué.

La cour de Salé, près de Rabat, a réduit d’un an la peine prononcée en première instance.

Il était poursuivi pour « constitution de bande criminelle » et « tentative de cacher des informations sur des crimes terroristes », selon le Parquet.

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *