Iran: les aveux d’un étranger, présumé espion de la CIA, diffusés à la télévision

Iran: les aveux d’un étranger, présumé espion de la CIA, diffusés à la télévision

La télévision d’Etat iranienne a diffusé mercredi soir les déclarations d’un ressortissant d’un pays occidental avouant avoir mené des activités d’espionnage pour le compte de la CIA américaine.

Téhéran accuse régulièrement les services de renseignements américains de mener des activités d’espionnage en Iran. Mais il est très rare que des étrangers avouant ces activités soient montrés à la télévision.

L’homme, âgé d’une trentaine d’années et portant des cheveux longs, est présenté comme Matti Valok, dont la nationalité n’est pas précisée, dans un reportage intitulé « Le chasseur pris au piège ».

Il a été arrêté en août 2012 après avoir été surveillé pendant plusieurs mois par les services de renseignement iraniens, selon la télévision qui a diffusé des images du suspect, dans des rues ou des hotels de la capitale iranienne.

Il est accusé d’être entré en contact avec des scientifiques iraniens pour obtenir des renseignements sur « les progrès scientifiques du pays », à travers une « société de recrutement internationale, basée en Slovaquie » qu’il aurait créée.

Dans le reportage, Matti Valok raconte avoir été recruté par un membre de l’agence de renseignement américaine, nommé Steve Logano. « Il me disait qu’il fallait que je sois en contact plus étroit avec ceux que je rencontrais en Iran », explique notamment le suspect, qui présente ses « excuses au peuple iranien ».

La télévision a également montré des images de plusieurs autres présumés espions, sans préciser si et quand ils avaient été arrêtés. Stefan Raymond, un Américain né en 1967, et Marc Antony Vandiar, citoyen sud-africain né en 1958, auraient travaillé « pour le compte de la CIA et tenté d’obtenir des informations sur les progrès biotechnologiques de l’Iran ».

Un Marocain, appelé Fayçal et « spécialiste des technologies de l’information », et un Malaisien chrétien, appelé Douglas Fernandez et qui se présentait comme Ali Abderani, auraient eux cherché des renseignements sur « les progrès scientifiques, nucléaires et militaires » de la République islamique.

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *