Interdiction d’«Exodus»: les producteurs marocains dénoncent un acte ridicule

Interdiction d’«Exodus»: les producteurs marocains dénoncent un acte ridicule

«Interdire une création artistique pour des raisons de croyances religieuses est un acte ridicule, insensé, irrationnel et foncièrement anti-démocratique». C’est en ces termes que la chambre  Nationale des Producteurs de Films a dénoncé la décision d’interdire le film «Exodus, Gods & Kings» de Ridley Scott au Maroc.

Selon cette association professionnelle présidée par Mohamed Abderrahmane Tazi, l’interdiction d’Exodus est préjudiciable au développement de l’industrie cinématographique nationale. «Parce que cela risque de freiner les investissements cinématographiques dans notre pays et détourner les productions étrangères vers d’autres destinations», explique le Bureau Exécutif de la Chambre Nationale des Producteurs de Films dans un communiqué rendu public lundi 29 décembre 2015. Pire encore, pour les producteurs marocains, la commission de contrôle des œuvres cinématographiques qui censée être  souveraine et ses décisions sont sans appel, s’est rétractée sous des pressions arbitraires. Et ce, après avoir dans un premier temps accordé un visa de contrôle permettant au film concerné d’être projeté en public.

Ainsi les « professionnels du cinéma marocain »  condamnent cette décision, première du genre au Maroc, qui selon eux, ouvre la voie toute grande à une pratique abusive, foncièrement antidémocratique et anticonstitutionnelle.

Mots Clefs:
FilmMaroc

À propos Mohamed Errahmani

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *