Indignation de l’ITF après le refus de liberté sous caution de Saïd Elhairech

Indignation de l’ITF après le refus de liberté sous caution de Saïd Elhairech

Saïd Elhairech, Secrétaire général de l’affilié de l’ITF* Syndicat national des dockers professionnels et assimilés des ports du Maroc, qui fait partie de l’UMT (Union des Syndicats UMT des Transports), et Président du Comité régional Monde arabe de l’ITF, a été arrêté le 16 juin pour d’abracadabrantes accusations de « sabotage et d’atteinte à la sûreté de l’État ». Il est incarcéré à la prison de Salé, près de Rabat. Il clame son innocence, et est soutenu par l’ITF, qui estime qu’il est accusé à tort suite à l’excellent travail qu’il a accompli à sa demande pour aider les équipages abandonnés après la cessation d’activités de la société de ferries Comarit-Comanav. L’ITF soutient sans réserve le combat de Saïd pour que justice soit faite, et a mobilisé pour lui un mouvement de solidarité internationale ; a plaidé sa cause auprès des autorités marocaines et des gouvernements et ambassades du monde entier ; a fourni des dépositions et témoins ; et a fait appel à un avocat pour le défendre.

Bilal Malkawi, Secrétaire régional de l’ITF dans le Monde arabe, a déclaré : « Ce refus de libération sous caution est inexplicable. C’est un mauvais point de plus pour un système judiciaire qui ne semble guère s’émouvoir de laisser s’éterniser une affaire invraisemblable et injustifiable. »

Et de poursuivre : « Nous promettons une nouvelle fois à Saïd de continuer à le soutenir de toutes nos forces. Toutes les démarches possibles permettant d’intercéder en faveur de sa libération ont été prises ou le seront prochainement. Si Saïd n’obtient pas justice comme il le mérite, une nouvelle vague de protestations et de soutiens sera mobilisée. »

* L’ITF (Fédération internationale des ouvriers du transport)

Mots Clefs:
Maroc

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *