Grande-Bretagne : Perpétuité pour l’ Ukrainien qui a tuée un musulman

Grande-Bretagne : Perpétuité pour l’ Ukrainien qui a tuée un musulman

Un étudiant ukrainien a été condamné vendredi à Londres à la réclusion à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 40 ans pour le meurtre raciste d’un retraité musulman et pour avoir posé des bombes près de trois mosquées en Angleterre.

Le 29 avril, cinq jours seulement après être arrivé au Royaume-Uni, Pavlo Lapshyn, 25 ans, avait poignardé à mort Mohammed Saleem, 82 ans, père de sept enfants qui rentrait de la mosquée à Birmingham (centre de l’Angleterre).

L’étudiant, qui opérait seul selon la police, a expliqué aux enquêteurs qu’il avait tué l’octogénaire parce qu’il détestait les « non-Blancs ».

Venu pour faire un stage dans une entreprise informatique, Lapshyn avait après ce meurtre placé trois bombes à proximité de trois mosquées dans la région de Birmingham, dont les explosions n’avaient pas causé de blessé.

La dernière, qui avait détoné le 12 juillet à Tipston, une semaine avant l’arrestation de Pavlo Lapshyn, était remplie de clous, et n’avait atteint personne uniquement parce que les prières avaient été retardées d’une heure ce vendredi-là.

L’étudiant avait plaidé coupable, ce qui a eu pour effet d’éviter un procès.

« Vous avez clairement des opinions d’extrême droite, sur la suprématie des Blancs, et vous avez été motivé dans vos crimes par la haine religieuse et raciale », a déclaré le juge Nigel Sweeney du tribunal d’Old Bailey à Londres, en s’adressant au meurtrier.

« Vous espériez déclencher un conflit racial et contraindre les musulmans à quitter la zone où vous viviez », a-t-il poursuivi. « De telles opinions (…)n’ont aucune place dans notre société multi-confessionnelle et multi-culturelle ».

« Papa est mort (…) poignardé violemment dans le dos par un lâche qui n’a même pas eu le courage de lui faire face avant de prendre sa vie », a déclaré la fille de Mohammed Saleem, Shazia Khan, dans une déposition lue par le juge.

« Le choc et la tristesse de cette réalité sont impossibles à accepter », a-t-elle témoigné.

La police a retrouvé dans les affaires de l’étudiant un appareil photo contenant des images et des vidéos montrant des armes à feu ainsi que le processus de fabrication de bombes. Lapshyn y était vu en train de tester des explosifs en Ukraine.

Les enquêteurs ont aussi trouvé de la documentation d’extrême droite raciste et homophobe, un jeu vidéo appelé « Ethnic Cleansing » (« nettoyage ethnique »), et une photo sur laquelle le jeune homme pose avec le couteau utilisé pour tuer sa victime.

« Cette affaire rappelle que la menace terroriste provient d’un large éventail d’idéologies haineuses », a souligné une représentante du ministère public, Louise Gray, dans un communiqué.

Les explosions devant les mosquées étaient survenues dans un contexte de fortes tensions au Royaume-Uni, dans la foulée du meurtre le 22 mai à Londres du soldat Lee Rigby, tué au couteau et au hachoir par deux musulmans convertis.

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *