France : La justice ouvre une enquête contre un policier pour avoir partagé une image islamophobe sur Facebook

France : La justice ouvre une enquête contre un policier pour avoir partagé une image islamophobe sur Facebook

La justice française a ouvert une information pour incitation à la haine raciale contre un policier soupçonné d’avoir partagé une image à connotation islamophobe sur son compte Facebook, en marge de violences urbaines en juillet à Trappes, près de Paris.

Un juge d’instruction va enquêter sur des faits présumés d' »incitation à la haine et à la discrimination raciale », a précisé vendredi le procureur de Versailles Vincent Lesclous.

Ce gardien de la paix avait participé au contrôle d’identité mouvementé d’une femme intégralement voilée à Trappes, le 18 juillet, incident qui avait provoqué trois nuits de violences dans cette banlieue de Paris.

Le mari de la femme au niqab a quant à lui été condamné vendredi à 3 mois de prison avec sursis pour violences, outrages et rébellion à l’encontre de policiers.

Pour sa part, le policier mis en cause, le premier après les violences de juillet, est accusé d’avoir partagé sur son compte Facebook, fermé depuis, une photo du groupe « Les femmes blanches sont les plus belles ». Sur cette photo reprenant le logo de la municipalité de Trappes et proclamant « la douceur de vivre », une femme portant le niqab était représentée sous un ciel éclatant devant une mosquée.

Placé en garde à vue en septembre à l’IGPN, la « police des polices », le policier avait expliqué aux enquêteurs qu’il pensait que sa page Facebook avait été piratée, selon M. Lesclous.

Toutefois, a précisé le procureur, « aucun propos excessif n’a été reproché à ce policier lors du contrôle d’identité. Et ce n’est pas lui qui a décidé de faire ce contrôle. Il était certes énervé après le contrôle, mais il n’a pas eu d’attitudes insultantes ou discriminatoires » à l’égard du couple.

Mots Clefs:
France

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *