Zakaria Moumni appelle Mohamemd VI pour « faire toute la lumière » sur son cas

Zakaria Moumni appelle Mohamemd VI pour « faire toute la lumière » sur son cas

Un boxeur qui a porté plainte en France pour tortures contre un responsable marocain en appelle au roi Mohamemd VI pour « faire toute la lumière » sur des sévices dont il dit avoir été victime, dans une lettre au souverain.

« Aujourd’hui il est de votre reponsabilité en qualité de chef d’Etat de faire toute la lumière et expliquer aux Français et aux Marocains qui est derrière tout cela », écrit Zakaria Moumni, qui détient la nationalité française.

Il avait été arrêté en novembre 2010 et condamné à 30 mois de prison au terme d’un procès qualifié d' »inéquitable » par l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch. Il affirme avoir signé sous la torture les aveux selon lesquels il aurait soutiré à deux Marocains 1.200 euros, contre la promesse de leur trouver du travail en Europe.

Il a finalement été gracié en février 2012.

Détaillant les tortures qu’il explique avoir subies, Zakaria Moumni, ancien champion du monde de boxe thaïe, indique dans sa lettre avoir renoncé à sa nationalité marocaine car il ne se considère pas comme « un sujet » et ne veut « pas être associé à ce pays qui torture ses propres citoyens en votre nom et dans +vos abattoirs+, comme m’ont expliqué les bourreaux de la DGST marocaine, lors de mon séjour chez eux à Temara ».

Zakaria Moumni a porté plainte contre Abdellatif Hammouchi, patron du contre-espionnage marocain (DGST) dont il affirme qu’il a assisté à des séances de torture.

Plusieurs autres plaintes contre ce responsable du renseignement ont suscité en février une crise diplomatique entre Paris et Rabat quand des policiers s’étaient rendus à la résidence de l’ambassadeur au Maroc pour notifier à Abdellatif Hammouchi –en visite à Paris– une convocation d’un juge d’instruction.

Selon Zakaria Moumni, « le Maroc, que j’aime beaucoup, a montré qu’il n’est pas capable de rendre justice à ses citoyens innocents, et que, au contraire, tous les moyens de l’Etat sont utilisés pour protéger ces tortionnaires ».

« Je m’adresse à vous en tant que chef de l’Etat marocain afin que vous preniez toutes les mesures nécessaires pour que justice me soit rendue », conclut l’ancien boxeur.

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *