France : Des MRE spoliés au Maroc demandent au président Hollande d’intervenir

France : Des MRE spoliés au Maroc demandent au président Hollande d’intervenir

Ras-le-bol. C’est ce que ressentent actuellement des dizaines de familles franco-marocaines basées à Paris qui en ont assez de voir que la justice marocaine ne leur rende pas leurs biens immobiliers spoliés. L’association des Franco-marocains d’Ile de France monte au créneau. Face au silence du gouvernement marocain dans ces affaires de spoliation, elle a envoyé un courrier au Président français François Hollande pour qu’il mette la pression sur le Maroc

La colère monte à Paris. Une trentaine de membres de 7 familles franco-marocaines se sont réunis hier dans les locaux de l’association des Franco-marocains d’Ile-de-France, située dans la commune de Plaisir dans le 78 pour parler de leurs conflits avec la justice marocaine sur des biens immobiliers leur appartenant, rapporte le Parisien dans un article publié le 4 février.

« Quelle honte ! »

« Nous suivons aujourd’hui 54 familles franco-marocaines et françaises de souche qui ont acheté des terrains, appartements ou maisons au Maroc. Toutes ces familles demandent justice après s’être fait spolier leur bien par les autorités locales des villes où se trouvent leurs biens. », explique Mohamed Khachane président de l’association, contacté aujourd’hui par Yabiladi.

Il raconte, par exemple, le cas d’une famille MRE qui possède un terrain de 27 hectares à Nador et ce, depuis 1959 mais l’état marocain essaie de mettre la main dessus par tous les moyens. Une dispute qui dure depuis 1986 alors que la famille possède les titres et papiers officiels certifiant qu’elle est propriétaire de ce terrain. Cette famille comptait construire des appartements sur ce terrain pour les louer et dégager des revenus. Aujourd’hui, ses projets sont gelés.

« C’est de la pure hogra ! », lâche Mohamed Khachane. « C’est une honte pour le Maroc de ne rien faire pour ces familles ! Quelle image renvoie le pays à l’extérieur alors que le gouvernement dit vouloir recevoir 20 millions de touristes en 2020 ! Quelle honte ! » poursuit-il.

Aucun ministre marocain ne leur répond…

Ce qui choque le plus Mohamed Khachane est que les courriers des familles et les siens, envoyés aux autorités marocaines sont toujours restés sans réponses. « Nous avons envoyé un courrier au ministre des Affaires Etrangères. Rien. Au Parlement rien. Le juge suprême. Rien du tout. » , liste-t-il. « Pourquoi ne répondent-ils pas ? Pourquoi gardent-ils les yeux fermés face à ces injustices ? », s’interroge-t-il.

Mohamed Khachane nous explique qu’il a également tenté d’avoir le soutien d’autres associations marocaines, mais sans succès. « C’est une véritable mafia aussi. A chaque fois que j’appelle une association, elle ne veut pas m’aider car elle n’aime pas mon franc-parler et mes coups de gueule ! », lance-t-il.

le président français oui !

La seule solution qui reste à l’association des Franco-marocains d’Ile-de-France est de se tourner vers les autorités françaises. « J’ai envoyé une lettre au Président Hollande avec les signatures des 54 familles pour qu’il puisse la remettre au souverain, lors de sa prochaine visite au Maroc. J’ai reçu une réponse de la part du directeur de son cabinet qui m’a confirmé que M. Hollande avait bien reçu mon courrier et que le Président était en réflexion », explique-t-il.

Mohamed Khachane a également contacté un éminent avocat français pour prendre en charge le dossier de ces familles. Il a accepté de les représenter. « Les familles sont prêtes à payer ! Nous allons signé une convention la semaine prochaine avec le cabinet pour que ces familles ne paient pas trop chères», explique-t-il.

Alors qu’il n’a eu aucun retour des médias marocains et chaînes de télévision nationales pour parler du calvaire des familles, Mohamed Khachane compte également contacter le journal Le Monde et la chaîne Al Jazeera.

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *