Finlande : Le Parlement examinera l’abandon de l’euro

Finlande : Le Parlement examinera l’abandon de l’euro

Le parlement finlandais organisera l’an prochain un débat sur une éventuelle sortie de la zone euro après qu’une pétition en ce sens avait recueilli les 50.000 signatures nécessaires.

« Plus de 50.000 personnes ont soutenu la tenue d’un référendum national sur l’appartenance de la Finlande à la zone euro », a indiqué mardi la radio publique YLE.

Le système finlandais permet au peuple d’obliger son Parlement à débattre d’un projet de loi si une pétition récolte 50.000 signatures en six mois.

« Il n’y a eu aucun référendum sur la participation (du pays à la zone euro). Le parlement n’a pas été saisi d’un projet de loi, il n’a reçu qu’une déclaration du gouvernement. Le gouvernement présente la participation à la zone euro presqu’entièrement sous une lumière positive, bien qu’il dispose d’informations sur les risques et les conséquences négatives qui y sont liés », lit-on dans la pétition.

La Finlande, qui connaitra en 2015 sa quatrième année de récession consécutive, a subi des pertes économiques et enregistré une hausse du chômage en raison son appartenance à la zone euro, estiment les auteurs de cette initiative populaire.

Depuis fin 2011, l’économie finlandaise n’a pas connu deux trimestres consécutifs de croissance. Le PIB a diminué de 0,4 pc en 2014 après un recul de 1,2 pc et 1,5 pc respectivement en 2013 et 2012.

Mis en place en mai dernier, le gouvernement de centre-droite propose un plan de relance économique visant la diminution du coût du travail et de l’endettement public.

Cette cure de rigueur générale porte en particulier sur la réduction des congés, des allocations logement des retraités et des majorations de salaires pour les heures supplémentaires et les dimanches.

Le Premier ministre Juha Sipila a déjà prévenu que le pays nordique pourrait connaître un sort similaire à la Grèce, tandis que son ministre des Finances n’a pas hésité à qualifier la Finlande de « nouvel homme malade de l’Europe ».

La Finlande souffre notamment du vieillissement de sa population active, de la chute de l’ancien numéro un des téléphones portables Nokia et de l’industrie du papier, en plus du recul des exportations vers la Russie, son principal partenaire commercial, en raison des sanctions mutuelles entre Moscou et Bruxelles sur fond de crise en Ukraine.

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *