Le 8ème Festival de Fès de la culture soufie

Le 8ème Festival de Fès de la culture soufie

Le 8ème festival de Fès de la culture soufie, qui s’est ouvert samedi soir, fait voyager le public sur les pas du philosophe et grand maître de la pensée islamique, Muhiyi Dine Ibn Al Arabi.

Les chants flamencos interprétés lors de la soirée d’ouverture par l’artiste espagnol Curro Pinana, et la prestation majestueuse de la voix marocaine Marouane Hajji ont emporté ce public vers l’Andalousie, terre natale d’Ibn Arabi, en passant par le Maroc et l’Orient, où ce grand penseur a vécu et légué à l’humanité un trésor culturel extraordinaire.

Dans l’esprit de cette édition, l’artiste syrien Hamâm Khaïry et les chants religieux de la Tariqa Qadiriyya Boutchichiyya et de la Tariqa Siqilliya ont célébré, à leur tour dimanche soir, l’héritage de cet intellectuel hors pair et ce symbole de la coexistence pacifique et de l’harmonie entre les cultures, les peuples et les religions.

Après avoir fêté par le passé plusieurs grands noms de la philosophie et de la pensée, le 8ème festival de Fès de la culture soufie rend hommage cette année, et jusqu’au 19 avril, la personnalité de Cheikh Ibn Arabi qui a légué un patrimoine culturel extraordinaire de centaines d’ouvrages dont certains comportent plusieurs dizaines de volumes comme « les illuminations de la Mecque » (36 volumes).

« Sa parole et son enseignement ont été portés jusqu’aux deux horizons, l’Orient et l’Occident, et ses pérégrinations de l’Andalousie, sa terre natale, en passant par le Maghreb, la Mecque, l’Egypte, l’Anatolie ou encore la Syrie « allaient dessiner les contours d’une géographie faite de lieux de rencontres, d’expériences mystiques, d’échanges et d’enseignements, dont la diffusion souterraine manifeste, influence jusqu’à nos jours la culture spirituelle de l’islam », selon le président du festival Faouzi Skalli.

Les festivaliers, venus nombreux du Maroc et de l’étranger, ont droit à une programmation très riche qui tentera de retracer le parcours et l’œuvre de ce grand maître de l’Andalousie qui avait un grand attachement à la ville de Fès, et particulièrement à la mosquée Al Azhar dans la Médina.

Pour M. Skalli, c’est cet attachement qui montre « tout l’intérêt que nous avons aujourd’hui à nous mettre sur les pas de ce guide spirituel pour comprendre le legs de l’une des pensées les plus fécondes et les plus essentielles de l’enseignement du soufisme et de la sagesse universelle ».

La question qui se pose aujourd’hui est « comment intégrer ce patrimoine de valeurs, de sagesse et de spiritualité, mais aussi d’art, de poésie et de littérature de manière à ce qu’il puisse continuer à irriguer et féconder notre société et notre culture », s’interroge-t-il.

C’est pour faire découvrir la pensée spirituelle et l’œuvre poétique de cet érudit hors pair que les organisateurs ont invité plusieurs chercheurs des quatre coins du monde, en plus des confréries du Maroc, de Turquie et de Bosnie-Herzégovine, pour animer des soirées soufies dans le droit fil de la thématique du festival.

Les grands maîtres de la musique andalouse, tels que Abderrahim Souiri, Mohammed Bajeddoub, Marwane Hajji, Mohammed et Abdelfatah Bennis et Said Chraibi, sont eux aussi de la partie.

Le Festival de Fès de la culture soufie veut faire découvrir la richesse du patrimoine spirituel et culturel du soufisme, au Maroc et à travers le monde, dans ses expressions artistiques, intellectuels et sociales, et mettre en relief l’importance de cette richesse immatérielle dans tout processus de développement global.

Il entend aussi « réaliser d’une façon certes modeste, et à ce titre surtout illustrative, un paradigme essentiel pour la survie de notre humanité et une orientation vers un développement qualitatif et solidaire ».

La 7ème édition de ce festival s’était déroulée du 13 au 20 avril 2013, sous le thème : « Nourritures spirituelles (Qût al Qulûb), Soufisme et Créativité ».

Mots Clefs:
FèsIslamMaroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *