Fausse alerte : Pas de jours fériés musulmans pour les salariés de Hambourg

Fausse alerte : Pas de jours fériés musulmans pour les salariés de Hambourg
0 commentaires, 14/11/2012, Par , Dans Monde

L’Allemagne ne sera pas le premier Etat européen à rendre férié les jours de fêtes musulmanes en dépit de l’accord signé mardi à Hambourg autorisant salarié et étudiant à chomer ces jours là. D’abord, il ne s’agit pas de jours fériés au sens plein du terme. Ensuite, d’autres pays européens ont déjà pris les devants.

A la veille du 1er Moharram, nouvel an musulman et jour férié au Maroc, Hambourg, la ville-Lander allemande vient de signer un nouvel accord, hier, mardi 14 novembre, rapporte l’AFP, avec les principales organisations islamiques locales. Il autorise notamment les employés et les étudiants musulmans à s’absenter les jours de fête religieuse. Déjà, le 14 août, un premier accord avait été signé. Il doit, à présent, être voté par le parlement de Hambourg pour pouvoir entrer en vigueur.

Toute la presse européenne s’est à nouveau saisie de l’information pour annoncer la création, pour la première fois en Allemagne, de jours fériés associés aux fêtes musulmanes. En réalité, il n’en est rien car les jours chomés par les salariés musulmans devront être rattrapés ou pris comme un jour de congé payé. Seuls les étudiants bénéficient de cet accord : ils pourront s’absenter les jours de fêtes musulmanes sans enfreindre le règlement de leur établissement. Les avancées offertes par l’accord concernent plutot l’ouverture de l’enseignement religieux à l’islam. Toutefois, seuls les jours fériés, par leur force symbolique, attirent l’attention et interpellent les autres pays européens sur leur propre législation.

L’Espagne en avance

En Espagne, la communauté musulmane majoritairement issue de l’immigration marocaine est importante. Plusieurs aménagements concernant les jours fériés musulmans ont été obtenus, ces dernières années. En 2012, l’Etat espagnol a autorisé les étudiants musulmans à ne pas aller en classe, le 26 octobre, jour de l’Aïd el kebir, en vertu de l’accord de coopération entre l’Etat espagnol et la Commission islamique signé en 1992. Rien toutefois de semblable n’existe pour les salariés qui peuvent placer leurs congés comme ils l’entendent. A Sebta et Mélilia, l’Aïd el kebir est devenue un véritable jour férié depuis 2010.

En France, la question des jours fériés religieux revient régulièrement dans le débat national. En 2003, la commission souhaite : « introduire ce que nous appelions des journées alternatives, c’est à dire laisser au choix des salariés la date d’un jour férié : la Pentecote, une fête d’une autre religion […] En 2012, pendant la campagne pour l’élection présidentielle Eva Joly, candidate pour Europe Ecologie les Verts propose de rendre fériées deux journées supplémentaires, pour permettre aux musulmans et aux juifs de fêter l’Aïd et Yom Kippour. François Hollande, aujourd’hui président de la République clot le débat le temps de son mandat. Il répond : « je suis attaché au principe de laïcité. Il ne peut donc être question d’introduire de nouveaux jours fériés en fonction des religions. »

En Belgique le débat sur les jours fériés cristallise moins qu’en France la question de la place des musulmans dans le pays. Une proposition ministérielle a été faite, en ce sens, en 2009. Pour tout aboutissement, en novembre 2010, les Assises de l’interculturalité, proposent, parmi leurs 68 recommandations, de ne conserver fériés que le 1er janvier, le 1er mai, le 11 novembre et le 25 décembre. Chacun pourrait ensuite choisir librement deux jours flottants selon sa culture ou sa religion. Trois jours fériés supplémentaires non religieux seraient également créés pour célébrer la diversité ou la lutte contre les discriminations. Aujourd’hui rien n’a été acté, seule la constitution concède toujours, en creux, en son article 20, que « nul ne peut être contraint de concourir d’une manière quelconque aux actes et aux cérémonies d’un culte, ni d’en observer les jours de repos ».

Mots Clefs:
Juif marocainMaroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *