Etat d’alerte au Maroc pour l’arrivée d’un navire équipé pour pratiquer des avortements

Etat d’alerte au Maroc pour l’arrivée d’un navire équipé pour pratiquer des avortements

Un bateau médical entièrement équipé est attendu prochainement pour accoster au Maroc et pratiquer des avortements gratuits sur des Marocaines qui le souhaiteraient. C’est le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles, le MALI, qui est à l’origine de cette initiative et qui a pris langue avec l’organisme armateur du navire en question et qui porte le nom de « femmes sur les vagues » (Women on waves en VO). L’objectif de l’opération est de fournir l’assistance nécessaire aux femmes désireuses d’interrompre leurs grossesses. Selon une source sécuritaire, les services se sont d’ores et déjà placés en état d’alerte pour faire face à cet évènement inédit.

Le MALI a décidé de mettre à la disposition des femmes concernées ou qui pourraient l’être un numéro de téléphone afin qu’elles puissent obtenir tous les renseignements voulus. Pour IbtissamLachgar, membre du MALI, l’initiative intervient pour contourner le tabou qu’est l’avortement et qui occasionne la mort de centaines de Marocains en raison de sa pratique dans des conditions illégales et donc peu hygiéniques et peu sûres.

Pour Mlle Lachgar, son mouvement ne craint pas les répercussions de son action, pas plus que les réactions du gouvernement dirigé par le PJD islamiste ou celles des forces conservatrices qui évoluent au sein de la société marocaine. Elle a indiqué que ces avortements seront pratiqués sur des femmes qui l’auront demandé, en haute mer, dans les eaux internationales, et que ces femmes qui se seront inscrites seront transportées jusqu’au lieu de mouillage du navire-avortement. Cependant, la militante du MALI s’est bien retenue de dévoiler le port marocain au large duquel le navire hollandais jettera l’ancre, ni la date de son arrivée, se contentant d’affirmer que toutes les informations seront annoncées le mercredi 3 octobre lors d’une conférence de presse qui sera organisée à cet effet.

Les réactions ne se sont pas faites attendre ; un responsable gouvernemental a déclaré que cette opération est de nature provocatrice et vise à faire de l’ombre au processus réformateur en cours dans le pays. Pour ce même responsable, cette initiative vise à inciter les gens à enfreindre la loi et s’appuie sur des concours étrangers afin de fragiliser les réformes menées par le gouvernement, sans compter bien sûr l’atteinte à la souveraineté nationale que l’opération implique. La même source gouvernementale ajoute qu’il appartient aux autorités locales d’appliquer la loi, sachantque l’initiative des gens du MALI prouve leur incapacité à défendre démocratiquement leurs idées et à inscrire leur action dans le cadre des institutions établies pour changer ces lois au lieu de les violer. Enfin, notre source indique que cette opérationpeut être assimilée aux provocations enregistrées dernièrement comme le film dirigé contre le Prophète de l’islam ou encore les caricatures allant dans le même sens, et tout cela dans l’objectif de créer des tensions communautaires ou religieuses, surtout après le printemps arabe qui a conduit les islamistes au pouvoir dans leurs pays respectifs.

On rappelle que selon des statistiques en circulation, ce sont entre 600 et 800 avortements illégaux qui sont pratiqués chaque jour au Maroc. Mais alors que des femmes aisées peuvent se permettre des avortements médicaux sûrs, la plupart des autres femmes enceintes s’exposent à des pratiques malsaines qui occasionnent des maladies, voire la mort.

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *