Espagne : Une fille de 14 ans candidats au Jihad mise en détention

Espagne : Une fille de 14 ans candidats au Jihad mise en détention

Une jeune fille de 14 ans a été placée mardi dans un centre de détention pour mineurs en Espagne après son arrestation la veille pour avoir voulu rejoindre un réseau de jihadistes combattant pour l’État islamique en Irak et en Syrie, a indiqué une source judiciaire.

Une autre jeune fille de 19 ans, arrêtée pour les mêmes raisons, a été laissée en liberté provisoire avec interdiction de sortir du territoire, à la demande du parquet, a-t-on appris de même source.

« La mineure a été placée dans un centre de détention par le juge des mineurs » pour relation présumée avec une organisation terroriste, a précisé cette source judiciaire.

La veille, le ministère de l’Intérieur avait affirmé que, « pour la première fois en Espagne », deux femmes avaient été arrêtées « alors qu’elles s’apprêtaient à intégrer des cellules terroristes de l’État islamique », un groupe jihadiste sunnite ultra-radical qui s’est emparé de pans entiers de territoires en Irak et en Syrie.

Une vidéo diffusée par le ministère de l’Intérieur a montré deux femmes vêtues de Niqab noirs descendant d’un avion, encadrées chacune par deux policiers.

La jeune fille de 14 ans et la seconde, Fauzia Allal Mohamed, âgée de 19 ans, ont été appréhendées dans l’enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc.

« Les deux femmes entendaient traverser la frontière avec le Maroc pour prendre contact avec le réseau qui devait les envoyer de façon imminente dans une zone de conflit entre la Syrie et l’Irak », selon le ministère, qui a ajouté que « leur intention était d’intégrer l’une des cellules de l’organisation terroriste de l’État islamique, dirigé par Abou Bakr Al-Baghdadi ».

Le ministère souligne également qu’il s’agit des premières arrestations en Espagne « après l’appel au jihad lancé le 1er août de Mossoul par Abou Bakr al-Baghdadi ».

Depuis un an et demi, les candidats européens au jihad sont de plus en plus nombreux et leur retour en Europe après un passage en Syrie constitue, aux yeux des responsables de l’antiterrorisme, le principal risque d’attentat.

« L’Espagne fait partie des objectifs stratégiques du jihad global », avait prévenu le ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, à l’occasion des commémorations des attentats islamistes du 11 mars 2004 à Madrid.

Depuis cette date, 472 jihadistes ont été arrêtés en Espagne, contre 105 auparavant.

Voir Vidéo

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *