Espagne : Démantèlement d’un réseau dédié à l’introduction en Europe d’immigrés clandestins

0 commentaires, 02/07/2014, Par , Dans Flash

Un réseau dédié à l’introduction en Europe des candidats à l’émigration clandestine en provenance de l’Afrique du Nord et dirigé par un ressortissant algérien basé aux Pays Bas, a été démantelé par la police espagnole, a-t-on indiqué mercredi de sources policières à Madrid.

Lors d’une opération conjointe menée en collaboration avec la police des Pays-Bas, de Belgique et du Maroc, un total de huit personnes ont été arrêtées dans ces trois pays, souligne la police espagnole dans un communiqué.

« L’organisation avait opéré pour au moins dix ans et aurait pu aider à l’immigration clandestine d’un millier de personnes », ajoute la même source, précisant que « pour faciliter l’entrée en Europe des étrangers sans susciter des soupçons, elle soustrait des passeports à des ressortissants des Pays-Bas, de Belgique, de France et d’Allemagne pour les falsifier ensuite dans un laboratoire à Bruxelles ».

Les bénéfices obtenus de cette opération sont « réinvestis dans le trafic de drogue et d’autres délits contre la propriété industrielle », ajoute le communiqué.

L’enquête sur ce réseau a débuté il y a quelques années, à la suite d’informations reçues par les agents de sécurité sur l’existence d’une organisation qui pourrait favoriser l’immigration illégale de citoyens d’Afrique du Nord en Europe, en falsifiant des documents de voyage.

Les premières investigations ont révélé que ce groupe est dirigé par des citoyens d’origine maghrébine installés en Hollande, poursuit la même source, notant que « grâce à la collaboration de la police des Pays-Bas, de Belgique et du Maroc, il a été découvert que le réseau soustrait des passeports aux ressortissants des Pays-Bas, de Belgique, de France et d’Allemagne avec l’intention de les falsifier » .

Après plusieurs mois d’enquête, les agents de police ont découvert que le principal responsable de l’organisation était un citoyen d’origine algérienne qui réside dans les environs de Rotterdam (Pays-Bas), où il centralise toutes les opérations. Le prévenu a reçu des commissions pour les faux documents délivrés aux immigrants, qui voulaient entrer dans le continent européen de manière illégale, ajoute la même source, indiquant que chaque candidat paie entre 8.000 et 10.000 euros par passeport.

Lors des perquisitions effectuées aux Pays-Bas, la police a saisi plusieurs ordinateurs, des téléphones portables, de faux passeports allemands prêts à être utilisés dans le trafic des migrants, des photographies et des données d’affiliation pour falsification d’autres documents, 7.000 d’euros en espèce, 300 grammes de drogues, environ un millier de pièces de vêtements contrefaits de différentes marques et d’autres effets en cours d’analyse, selon le communiqué.

Mots Clefs:
EspagneImmigration

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *