Enfin la rencontre entre Hamid Chabat et Mohammed VI a eu lieu

Enfin la rencontre entre Hamid Chabat et Mohammed VI a eu lieu

Hamid chabat Le patron de l’Istiqlal, principal parti allié des islamistes au Maroc, a été reçu mercredi par le roi Mohammed VI, un mois et demi après avoir annoncé sa volonté de quitter la coalition gouvernementale, ouvrant la voie à un remaniement voire à des élections anticipées.

Le 11 mai, le conseil national de l’Istiqlal (conservateur) s’était prononcé en faveur d’un retrait du gouvernement. Dans les heures suivantes, il avait toutefois fait état d’un échange téléphonique entre son chef Hamid Chabat et le souverain et mis sa menace en suspens, dans l’attente d’un « arbitrage royal » définitif.

Face au statu quo, les médias locaux étaient par la suite restés suspendus à l’hypothèse d’une rencontre entre le maire de Fès (centre) et Mohammed VI.

Cette entrevue s’est finalement déroulée mercredi à Oujda (nord-est), et M. Chabat a remis au roi un « mémorandum » sur les motifs de la décision du 11 mai, a annoncé le Cabinet royal dans un communiqué cité par l’agence MAP.

A l’issue de l’entretien, ce trublion de la vie politique marocaine a pour sa part affirmé attendre « sous peu la réponse » du souverain.

Le mois dernier, pour justifier sa décision auprès de l’opinion, l’Istiqlal avait dit reprocher aux islamistes du Parti justice et développement (PJD) un manque d’action et de concertation.

Longtemps cantonné dans l’opposition, le PJD dirige le gouvernement marocain depuis sa victoire aux législatives de fin 2011, dans le contexte du Printemps arabe.

Faute de majorité, son chef Abdelilah Benkirane a toutefois dû former une coalition hétéroclite avec trois autres formations, dont l’Istiqlal, le parti de l’indépendance.

La crise actuelle a fait craindre une paralysie gouvernementale, sur fond de situation économique et financière précaire, notamment en terme de mise en oeuvre de réformes sociales à haut risque.

Le porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, a toutefois assuré que celui-ci « poursuivait son action ».

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *