Emouvantes obsèques à Bir Jdid du comédien Mohamed Ben Brahim

Emouvantes obsèques à Bir Jdid du comédien Mohamed Ben Brahim

Les funérailles de Mohamed Ben Brahim, l’une des figures de la comédie populaire marocaine, qui s’est éteint , mercredi, à l’âge de 64 ans des suites d’une longue maladie ont eu lieu après la prière d’Al Asr au cimetière Sidi Makhlouf de Bir Jdid dans la province d’El Jadida.

Ces funérailles émouvantes se sont déroulées en présence de centaines de personnes, un grand nombre d’artistes, de comédiens, des amis et proches qui ont accompagné ce comédien hors pair à sa dernière demeure et lui rendant ainsi un dernier hommage.

Tout au long de sa carrière, Feu Ben Brahim, animateur télé pour l’émission Sibaq El Moudoune, avait incarné d’innombrables roles dans le théâtre mais aussi dans des productions cinématographiques nationales et étrangères. Il avait entamé sa carrière prolifique sur les planches du théâtre amateur dès 1964 avant de débuter six ans plus tard de déployer son art avec la troupe d’Abdelkader Al Badaoui, d’Abdeladim Chenaoui et Mohamed Tsouli et de former, par la suite, sa propre troupe  »Massrah El Basma ».

Il avait conquis les cÂœurs des Marocains et forgea sa réputation sur scène dans les roles de comique avec des duos avec Mustapha Dassoukine. Des générations de Marocains reconnaissent le talent de ce grand acteur qui a marqué de son empreinte le cinéma, le théâtre et la télévision, et dont le nom est devenu synonyme de spontanéité allié à un grand professionnalisme, de naturel et de popularité.

Son role de truand local  »Zrireq » dans le film de Nourredine Lakhmari « Casanegra » lui a valu le prix du meilleur role secondaire au Festival national du Film de Tanger

La disparition de Ben Brahim laisse un grand vide dans la scène artistique marocaine. C’est un autre monument du théâtre et du cinéma national qui nous quitte après les pertes d’autres piliers de la scène à l’instar de Hassan Mediaf et de Mohamed Majd, a déclaré à la MAP Abdelkhalek Fahid, qui a joué plusieurs roles au coté du défunt.

Pour le comédien Hassan Foulane, le défunt était un grand artiste et un vrai autodidacte dont la passion pour sa profession et son art n’avait d’égal.

C’est une pyramide de la scène nationale que nous accompagnons en sa dernière demeure, a-t-il indiqué ému, louant les qualités humaines et la noblesse d’esprit du disparu, un ami de tous les artistes.

La disparition de Mohamed Ben Brahim est une perte monumentale non seulement pour la scène artistique mais aussi pour les artistes car le défunt a pris sous son aile et a soutenu des jeunes artistes en herbe. C’était une référence, une véritable école pour tous les comédiens, a témoigné de son coté Mohamed Saari.

Le défunt était talentueux, un artiste complet qui laisse derrière lui de nombreuses productions et qui a consacré sa vie à son art, en dépit de sa maladie, de sa cécité. Il a merveilleusement joué ses roles de comédie ou drame en y mettant toute son âme d’artiste inné et spontané avec son style distinct, a estimé Omar Sayed, qui a joué dans plusieurs productions avec le défunt dont celle  »Janb Bir ».

Mots Clefs:
Marocains

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *