El Khalfi: Les cahiers des charges visent le respect des critères de qualité, de pluralisme, d’égalité des chances et d’indépendance éditoriale

El Khalfi: Les cahiers des charges visent le respect des critères de qualité, de pluralisme, d’égalité des chances et d’indépendance éditoriale

Les cahiers des charges relatifs aux médias audiovisuels visent, au-delà de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et du programme gouvernemental, le respect des critères de la qualité, du pluralisme, de l’égalité des chances, de l’indépendance éditoriale et de l’initiative créatrice, a affirmé lundi le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi.

En réponse à une question à la Chambre des représentants relative aux cahiers des charges dans le domaine des médias, M. El Khalfi a souligné que ces derniers tendent aussi à concrétiser le concept de service public dans le secteur médias et à en asseoir les principes, les objectifs et les règles et à contribuer à approfondir la culture des droits et libertés.

L’élaboration des nouveaux cahiers des charges, a-t-il ajouté, s’inscrit dans le cadre d’une approche globale pour mettre à niveau et promouvoir le secteur audiovisuel public suivant des étapes, et à travers des chantiers successifs complémentaires, particulièrement via l’élaboration de cahiers des charges, sachant que les cahiers précédents sont arrivés à échéance fin mars 2012.

Cela passe également, a précisé le ministre, par l’élaboration et l’actualisation du contrat-programme pour accompagner les nouveaux engagements et le projet de mise à niveau du pole public, l’organisation et la mise à niveau du secteur de la publicité, l’organisation et la promotion de la production télévisuelle et nationale, la réalisation d’une étude de terrain détaillée sur l’évaluation et les attentes des téléspectateurs, faisant observer que l’élaboration de ces cahiers est sous-tendue par des références constitutionnelles et juridiques ainsi que sur des études nationales, des statistiques sur l’audience et d’études et rapports internationaux.

Le ministre a soutenu que l’élaboration de ces cahiers s’est effectuée selon une approche participative élargie englobant environ 40 organisations et parties à travers des rencontres, des concertations et la réception de nombre de mémorandums, précisant que ces acteurs sont notamment la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) et les chaînes de télévision et les radios qui en relèvent, la deuxième chaîne, les ministères de la culture et de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, l’IRCAM, la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’environnement, l’Union syndicale de la SNRT, les syndicats des employés de la deuxième chaîne 2M, les sociétés de production, les associations des sociétés de production, des associations artistiques, culturelles et linguistiques ainsi que des acteurs médiatiques.

L’élaboration de ces cahiers s’est étalée sur deux mois, durant lesquels il a été procédé à l’évaluation de la situation actuelle et au lancement des concertations préliminaires avec la direction du pole public qui a été chargée d’étendre le débat au sein de chaque établissement. Il a également été convenu de tenir des rencontres avec les directeurs des chaînes et des radios ainsi qu’avec d’autres responsables pour recueillir les conclusions de ces concertations internes, d’engager des contacts à ce sujet avec les instances officielles concernées et de recevoir les organisations, les individus et les acteurs à leur demande, a dit le ministre.

Une nouvelle mouture des cahiers des charges a été élaborée avec l’inclusion de près de 85 pc des propositions émises, a poursuivi M. El Khalfi.

Il a précisé que les dix derniers jours ont été consacrés à des concertations intenses avec le PDG du pole public et les directeurs des deux sociétés ainsi qu’avec la présidence du gouvernement et des experts et la direction de la HACA, chacun en ce qui le concerne. Après leur adoption par cette instance, ces cahiers ont été rendus publics à travers plusieurs canaux dont la publication sur le site du ministère et la distribution de copies aux membres du gouvernement et au parlement pour en assurer une plus grande vulgarisation.

Le ministre a d’autre part assuré que ces cahiers ont pour objectif de garantir et de consacrer le principe du pluralisme politique et partisan dans divers émissions et programmes pour que puissent s’exprimer les courants de pensée et d’opinion dans tous les domaines. Les deux sociétés qui ont été invitées à adopter une programmation reflétant la diversité des fondements de l’identité marocaine et ses manifestations culturelles, linguistiques, intellectuelles, spatiales et sociales sont tenues de mettre à disposition toutes les données nécessaires à cet effet.

Concernant la diversité linguistique, il a indiqué que la politique linguistique poursuivie est dictée par des objectifs dont celui de la souveraineté à travers le renforcement des deux langues officielles, l’arabe et l’amazigh, dans la grille de référence, le pluralisme, l’unité et l’ouverture sur les langues et les cultures étrangères de façon à favoriser la communication et l’interaction des civilisations.

Selon le ministre, le cahier des charges comporte ainsi neuf chapitres dont en particulier celui définissant le concept de service public, la ligne éditoriale de chaque service, la programmation, la production, la publicité, la déontologie, la bonne gouvernance, les relations avec la HACA. La programmation proposée visait que soit atteint un minimum du concept du service public, a précisé le ministre.

L’ensemble des programmes et émissions proposés à la deuxième chaine 2M ne dépasse guère trois heures et demie, soit moins de 14,5 pc de l’ensemble des émissions quotidiennes, ce qui laisse une large part à la productivité, à l’excellence et à l’indépendance. Seuls les horaires des principaux journaux télévisés ont été fixés, a indiqué M. El Khalfi, assurant que nonobstant le fait qu’un minimum de normes de ces programmes ait été déterminé, l’approche professionnelle et l’indépendance de traitement de ces programmes restent du ressort exclusif des professionnels.

D’après le cahier des charges, les programmes et émissions de la deuxième chaîne comportent des bulletins télévisés à vocation générale et d’autres régionales, les émissions de débat et d’autres consacrées à la femme, à la famille, à l’éducation et à la communication, les multimédias, des émissions pédagogiques et de divertissement pour enfants et adolescents, outre des émissions religieuses, des feuilletons et des films.

Il est stipulé, dans le cahier des charges, selon M. El Khalfi, d’encourager la production nationale par le truchement du renforcement du soutien qui lui est accordé, tout en garantissant l’émulation, la qualité et la spécification de l’établissement d’une relation équilibrée entre la production étrangère prête à la diffusion et la production interne et la co-production, outre la contribution à la production annuelle des Âœuvres de musique et des séries télévisées marocaines à un taux fixé selon la spécificité de chaque travail.

Il a ajouté que ces cahiers engagent la société quant au respect des critères d’équité, de transparence dans les relations avec les producteurs et à l’encouragement de la libre compétition, l’égalité des chances dans le secteur de la production audiovisuelle et ce sur la base de critères déterminant le choix des projets, leur réalisation et leur diffusion.

Selon M. El Khalfi, les cahiers des charges ambitionnent de renforcer la présence des questions de la femme à travers la consolidation du traitement par les médias audio-visuels des thèmes inhérents à la femme, à la famille et aux jeunes grâce à des programmes spécialisés destinés à raffermir les liens de la famille, sa cohésion et sa stabilité, en plus de la promotion des droits de la femme, la préservation de sa dignité et la protection des droits de l’enfant et des jeunes et la satisfaction de leurs besoins.

Il s’agit également, a ajouté le ministre, de la mise en application du principe d’égalité entre les citoyens en matière de participation à l’ensemble des émissions-débat, en prenant en compte la diversité culturelle, sociale et spatiale de la situation de la femme marocaine.

Les cahiers, a-t-il souligné, prévoient de même de contribuer à la généralisation et à l’élargissement de la participation des jeunes à la vie publique et leur soutien en matière d’intégration pour leur permettre d’accéder à la culture, à l’emploi, à la technologie, à l’art, au sport et au divertissement, ainsi que le renforcement des émissions-débat et interactives consacrées aux questions d’actualité politiques et économiques et à la jeunesse.

M. El Khalfi a, en outre, noté que ces cahiers des charges imposent aux deux sociétés de se conformer aux principes et aux valeurs de la démocratie et de la bonne gouvernance stipulés dans la Constitution, de mettre en œuvre les règles de la bonne gouvernance et de consacrer la transparence et la primauté de la loi, ainsi que la corrélation entre responsabilité et reddition des comptes, la valorisation des ressources humaines nationales et la rationalisation des ressources financières.

Le ministre a, dans ce sens, fait savoir que le débat sur les cahiers des charges est « sain » et « nécessaire », exprimant sa disposition à poursuivre le dialogue sur les questions ayant trait à la réforme du secteur audiovisuel de manière générale au sein du Parlement et de manière plus ample au niveau de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants.

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *