Économie honnête et pauvreté : le face à face !

Économie honnête et pauvreté : le face à face !

  1. 1Toute action dépend de son actionnaire, prompte ou lente, droite ou adroite, juste ou fausse etc.

    L’évaluation dépendra aussi des conséquences, non des apparences et gestes abusifs sans rentabilité concrète et optimale.
    Lorsqu’on répète un mouvement consécutivement on s’y fait automatiquement, là ou s’impose la base habituelle qui habite notre conscience ou subconscience pareillement…
    L’homme, tout homme, partout dans le monde se réjouit d’un sens commun qui est le sentiment de faim et soif dont on ne peut pas se débarrasser.
    La souffrance c’est la même, mais la patience et l’endurance se diffère et se distingue selon la volonté et capacité d’absorption et de gestion, soit physique ou psychique.
    En cas de négligence, ce noble sentiment peut s’être engouffré dans des cavernes inconscientes, là ou se transformerait en racisme autonome qui se traduira par égoïsme narcissique.


  2. 2Les braves gens se reconnaissent par leur vrai contribution en faveur des uns aux autres, s’entraident, se collaborent, venant à la rescousse de leurs proches et voisins ou plutôt toute être vivant qui a besoin d’aide, détecté par leur vaste vision.
    Si on s’évertue à enrichir ses impressions nous serons vraiment sur le chemin d’un vrai projet économique mentionné et prometteur.
    Ses impressions elles-mêmes constitueront un lien partagé entre pauvre et riche dans une classe unifiée, sans renflement ni humiliation ou rappelle !
    Voila où se déroule le vrai capital immatériel bien investigué et conçu, car il s’agit de l’homme, principalement, non de ses traces et trucs qui disparaissent fatalement par l’effet d’attrition et érosion.
    Revêtir un pauvre porteur des frusques serait mieux mille fois que reconstruire un mur historique sur le point de se démolir, abriter un vagabond, errant ou non réfugié par cause de pauvreté, ou privatisation illimitée, vaut plus million fois que reconstruire un espace pour les jeux et lieu pour amusement, distraction, ainsi de suite.
    La lutte contre la pauvreté attire la bénédiction divine avant la satisfaction sociale ou personne dont on s’intéresse.
    Celle-ci peut avoir des répercussions positives sur toute la société, même les pervers. Car ces derniers d’après les gestes humanitaires et charitables ci- indiqués vont un jour ou autre se rendre à leurs conscience, pourquoi pas se repentir une foi pour toute !?
    La pitié ne produit que son genre, parce qu’il constitue un sens commun tout à fait sentimental que matériel,donc il doit être investit à long terme ,pourquoi pas pour toujours. N’est-ce pas cela un grand capital immatériel inépuisable, béni par la providence et banni par le diable ?

  3. 3Notre prophète sidna « MOHAMMAD » (que la prière et le salut soit sur lui) avait mis le doigt sur les principes fondamentaux de la stabilité sociale et économique de chaque pays. Mais à condition de suivre les instructions spirituelles à niveau généralisé.
    Un jour certains pauvres sont venus, chez lui, demander un chargement immatériel spécialisé afin de rejoindre le niveau de leur frères riches, non pour la concurrence d’ici-bas mais pour la réussite au l’au-delà !
    il leur avait indiqué de répéter certains mots comme un rappelle de dieu bien limité et dénombré.
    Dès que la nouvelle s’est divulguée les riches se précipiteront eux-mêmes à l’appliquer pour renforcer et accroître leur compte à la banque divine. Là, où on y annonce un taux doublé de frais de gain pour ceux qui veulent investir leurs fortunes sans risque de perte ou de privatisation. car Dieu ne corrompt jamais son pacte et il tient toujours à sa promesse.
    Les pauvres de leur part ne veulent pas rester ainsi besogneux de tout cotés, privés de tout choix ou avis, ils désireraient aussi avoir un privilège sur lequel doivent se référer et s’en réjouir.
    De cette incitation ils redemanderont un autre moyen d’une valeur ajoutée pour rejoindre les riches et ne pas rater leur classement au premier rang.
    Dans ce cas le prophète leur annonça que les riches, par la grâce de dieu, ont emporté tous les salaires puisqu’ils ont investi « matériel et immatériel » d’un seul coup. Tous leurs investigations étaient donc, parallèlement ; dans le chemin de Dieu ,qui se rendraient et se refléteraient aussi, enfin, par ses avantages et ses prospérités sur toute la société, pourquoi pas l’humanité entière.
    Cette base elle-même notre prophète l’avait appliqué sur sa chère fille « lalla FATIMA AZZAHRAE » lorsqu’elle est venue chez lui implorer d’aide, tel serviteur, à cause de trop chargements en ménage dont elle subit.
    à ce propos là, il la orienta pour dire quelques mots comme rappel Dieu, en lui purifiant, remerciant et unifiant.
    Ce sont des mots trop chargés d’énergie spirituelle qui aide psychiquement à agir sans déception ni fainéantise provoquée.
    Ce discours, par sa belle procédure, vient d’établir un champ pragmatique fourré et enrobé de spiritualité lumineuse et excitante à la collaboration et coopération entre tous filets et réseaux socio-économiques.
    Tout cela c’était afin d’obtenir une satisfaction totale en parallèle avec la volonté, et aussi de munir une concurrence honnête et raisonnable pour le bien de tout le pays et ses citoyens.

  4. 4Il n’y a pas, alors, de richesse statique monopolisé par un tel ou tel ,en revanche pas de pauvreté éternelle et raciale condamnée comme un destin fatal ,mais les opposants se complètent et se comprennent pour reconstruire une société active et réactive pour un futur prometteur.
    Les riches doivent investir en partage avec les pauvres sans risque d’injustice, de perte ou donation non rentable, et aussi exclu de toute sorte de transgression et outrage.
    en ce cas ils ne seront jamais lésés pour cause de leur grande richesse légale.
    En revanche, les pauvres aussi doivent s’évertuer pour ne pas rester les mains croisée ou tendues en attendant la charité et aumône par autrui. tout en évitant de mendier sans avoir le choix de décider ou d’y contribuer.
    Ainsi se réalisera le vrai démarrage du développement humain et commun basé sur l’égalité en droits au devers la foi et la loi !

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mohamed BEN YAICH

Professeur à la Faculté des lettres de Oujda, Maroc

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *