Drapeau de l’Algérie arraché au Maroc : l’accusé clame un acte de patriotisme

Drapeau de l’Algérie arraché au Maroc : l’accusé clame un acte de patriotisme

Un Marocain qui a arraché le drapeau de l’Algérie en pénétrant dans un consulat, en pleine querelle diplomatique entre Rabat et Alger sur le Sahara , a affirmé jeudi devant le tribunal de Casablanca avoir agi par patriotisme.

Le 1er novembre, en marge d’un sit-in visant à protester contre des propos du président algérien Abdelaziz Bouteflika, Hamid N., un membre des « Jeunesses royalistes », était parvenu à escalader le mur du consulat de Casablanca et avait enlevé le drapeau algérien. La vidéo avait été largement diffusée sur des sites internet marocains.

Interpellé peu après les faits et poursuivi pour « atteinte à une propriété privée », il avait toutefois été remis en liberté provisoire.

Le jugement a été mis en délibéré jeudi au 5 décembre.

Le prévenu a affirmé devant la cour avoir agi « par patriotisme » et « pour défendre l’intégrité territoriale » du pays, en réaction principalement à un discours du chef de l’Etat algérien sur les droits de l’Homme au Sahara , une ancienne colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario.

Dans sa plaidoirie, Me Salaheddine Benabdellah, a demandé la relaxe de son client, estimant notamment que le procès verbal -qui évoque, selon lui, « la violation d’un domicile privé »- était « entaché d’irrégularités ».

Le représentant du ministère public a, à l’inverse, réclamé la condamnation du jeune homme pour « atteinte à une propriété privée ».

La présidente de la Cour s’est efforcée de ne pas laisser les débats prendre une tournure trop politique.

« Il s’agit d’un délit, pas d’une affaire politique », a-t-elle notamment indiqué.

L’incident du consulat de Casablanca, la capitale économique du royaume, était intervenu sur fond de vives tensions diplomatiques, le Maroc rappelant ainsi durant quelques jours son ambassadeur à Alger pour « consultations ».

Les deux pays voisins s’opposent de longue date sur le Sahara.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *