Discours Royal : Mohammed VI a souligné la « responsabilité » de l’Algérie, dans le dossier du Sahara

Discours Royal : Mohammed VI a souligné la « responsabilité » de l’Algérie, dans le dossier du Sahara

Le roi du Maroc Mohammed VI a souligné mardi la « responsabilité » de l’Algérie, dans le dossier du Sahara, et évoqué « l’obstination des autres parties » comme principal motif du statu quo.

Le Maroc, qui contrôle depuis les années 1970 l’ex-colonie espagnole, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté. Mais celui-ci est rejeté par les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l’Algérie, qui réclament un référendum d’autodétermination.

Ce contentieux semble dans l’impasse, malgré les efforts de Christopher Ross, l’émissaire du secrétaire général de l’ONU.

La dernière résolution du conseil de sécurité « met particulièrement l’accent sur la dimension régionale de ce différend et souligne la responsabilité de l’Algérie, en tant que partie concernée par ce litige », a pour sa part relevé mardi le roi du Maroc, dans un discours marquant le 14e anniversaire de son accession au trône.

Il a par la suite déploré « l’obstination des autres parties qui persistent à maintenir la situation en l’état ».

La question du Sahara constitue l’une des principales entraves à un rapprochement entre le Maroc et l’Algérie, et plus largement à la mise en oeuvre de l’Union du Maghreb arabe.

Dans son discours, Mohammed VI a par ailleurs affiché la volonté de « parachever les institutions constitutionnelles et répondre aux impératifs de bonne gouvernance », alors que, dans le sillage du Printemps arabe, le Maroc a adopté mi-2011 une nouvelle constitution, censée notamment renforcer les pouvoirs du gouvernement.

Dominé par les islamistes du Parti justice et développement (PJD), ce dernier traverse actuellement une crise, à la suite de la démission des ministres de l’Istiqlal (conservateur), un important allié. Afin d’éviter des élections anticipées, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane mène des négociations pour former une nouvelle coalition.

Le roi du Maroc n’a pas fait allusion à cette situation, mais exhorté en revanche à la mise en oeuvre de l' »importante » réforme de la justice.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *