Deux Généraux mexicains accusés de complicité avec un gang de trafic de stupéfiants écroués

0 commentaires, 18/05/2012, Par , Dans Flash

La justice mexicaine a décidé, jeudi, d’incarcérer provisoirement deux Généraux de l’armée, dont un en activité, pour des liens présumés avec un cartel de la drogue.

Un juge mexicain a rendu un arrêt d’incarcération pendant 40 jours des deux hauts officiers de l’armée, Tomas Angeles Dauahare (retraité depuis 2008) et Roberto Dawe Gonzalez, commandant d’une région militaire à l’ouest du pays.

Selon le Parquet spécialisé dans la criminalité organisée, les deux Généraux sont accusés de complicité avec un cartel de la drogue, sur la base de témoignages de personnes poursuivies pour les mêmes délits, mais bénéficiant du régime de  »témoins protégés ».

Selon des indications parues dans la presse mexicaine, le Général Dauahare était sous-secrétaire à la défense (numéro deux de ce département) jusqu’en 2008, date de son départ à la retraite. Il était secrétaire particulier d’un ex-ministre de la Défense (1994-2000) et il avait aussi présidé le Conseil de guerre contre le Général Acosta Chaparro, accusé lui aussi d’implication dans le trafic de drogue et qui a été assassiné récemment par un tueur à gage.

Le Général Dawe Gonzalez a occupé plusieurs postes de commandant de régions militaires dans le nord du pays, où opèrent les cartels de drogue les plus puissants du pays.

Si les accusations visant ces deux généraux se révéleraient fondées, elles pourraient constituer un coup dur à l’image de l’institution militaire, considérée comme le dernier rempart contre le pouvoir tentaculaire des cartels de drogue dans ce pays.

Aucun responsable gouvernemental n’a encore réagi à l’arrêt d’incarcération des deux hauts officiers de l’armée mexicaine.

Seul le ministère de la Défense avait publié, mercredi, un communiqué énergique dans lequel il réitère l’engagement de l’institution militaire envers la société mexicaine et affirme que les militaires qui seraient convaincus de délits seront, le cas échéant, durement sanctionnés indépendamment de leur rang dans la hiérarchie militaire.

C’est la première fois depuis le début de l’actuelle administration que des militaires de haut rang sont accusés de complicité avec un cartel de drogue.

Les autorités mexicaines évoquent régulièrement l’infiltration au plus haut niveau des corps policiers et des organes judiciaires par les narcotrafiquants, mais elles n’ont presque jamais mis à l’index l’institution militaire.

Mots Clefs:
justice

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *