Des obsèques émouvantes pour feu Abdellah Baha (PHOTOS) (VIDEOS)

Dans un climat de piété et de recueillement, les obsèques de feu Abdellah Baha, ministre d’Etat, mortellement happé par un train, dimanche près de Bouznika, alors qu’il traversait à pied la voie ferrée non gardée, ont eu lieu mardi au cimetière Chouhada à Rabat, en présence de SAR le Prince Moulay Rachid.

Une assistance imposante, à sa tête des conseillers de SM le Roi et des membres du gouvernement, s’est ébranlée vers le cimetière Chouhada pour accompagner le regretté à sa dernière demeure, déplorant, dans des témoignages émouvants, la perte tragique d’un homme aux qualités d’un « grand commis de l’Etat ».

Depuis l’aube de ce mardi, sinon dès l’annonce, tombée comme un couperet, du décès du défunt, compagnon de route et confident du chef de gouvernement Abdelilah Benkirane, le domicile de ce dernier a vu l’affluence de personnalités représentant l’ensemble des courants politiques nationaux, venus dire un dernier adieu, combien amer, à un « sage » au « flegme exceptionnel » et un homme d’Etat dont l’humilité forçait le respect chez les adversaires, comme dans son propre camp.

Une foule en deuil, effondrée par cette douloureuse épreuve, est venue exprimer sa compassion, suite à ce décès qui constitue, selon le message de condoléances adressé par SM le Roi Mohammed VI au chef du gouvernement, « une grande perte, non seulement pour la famille éplorée du défunt, mais également pour le Souverain et le gouvernement du Royaume, eu égard à ses qualités de grand commis de l’Etat ». Rappelant la fidélité de feu Baha au trône alaouite, SM le Roi a également souligné, dans ce message, les « qualités de sagesse, d’intégrité, de compétence et d’altruisme qui étaient les siennes dans toutes les missions gouvernementales ou nationales que le défunt a assumées ».

Une heure avant l’appel à la prière d’Addohr, des jeunes du parti Justice et Développement (PJD), dont feu Baha a été l’un des fondateurs en 1996, ont sorti le cercueil du regretté, enveloppé du drapeau national, de la maison de Abdelilah Benkirane, laissant répandre un vif émoi chez tous ceux qui, fondant en larmes, sont venus dire adieu à un homme politique perçu, par ses proches du parti et du Mouvement unification et réforme, comme un militant de « l’ombre, du consensus et des équilibres ».

Ses pairs garderont de lui l’image d’un artisan des issues consensuelles et d’un homme ayant toujours affectionné l’entente et le dialogue pour réduire le fossé des divergences.

Tout au long du chemin emprunté par le cortège funèbre, l’assistance a déclamé des versets coraniques et élevé des prières pour le repos de l’âme du défunt, implorant le Tout-Puissant d’accueillir le disparu dans son vaste paradis parmi les martyrs et les vertueux et de lui accorder ample rétribution pour les efforts louables et les bonnes oeuvres qu’il a accomplies au service de son pays.

Après les prières d’Addohr et du mort à la Mosquée Chouhada, le cortège funèbre s’est ensuite dirigé vers le cimetière Chouhada pour la mise en terre de la dépouille du regretté, décédé au même point ayant connu la mort, quelques semaines auparavant, du militant ittihadi Ahmed Zaidi.

Mots Clefs:
GouvernementMaroc

À propos reda Tijani

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *