Des élus communistes français demandent la libération d’étudiants marocains

Des élus communistes français demandent la libération d’étudiants marocains

Les sénateurs communistes français ont demandé vendredi la libération « immédiate » de cinq étudiants de l’Union nationale des étudiants marocains (UNEM) emprisonnés au Maroc

en décembre après avoir protesté contre les conditions de vie à la cité universitaire.La présidente du groupe communiste du Sénat, Nicole Borvo Cohen-Seat, indique être intervenue en ce sens auprès de l’ambassadeur du Maroc en France.

« Ces jeunes gens sont en grève de la faim depuis plusieurs semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de détention, la reconnaissance du caractère politique de leur incarcération et la libération de tous les prisonniers politiques », explique-t-elle dans un communiqué.

« L’état de santé d’Ezedine Eroussi, qui ne s’alimente plus depuis décembre, est très préoccupant et chaque jour compte », s’alarme-t-elle.

Les cinq étudiants arrêtés le 1er décembre à l’intérieur de la faculté alors qu’ils protestaient contre leur condition de vie à la cité universitaire, ont été condamnés à quatre mois de prison ferme.

Ezedine Erroussi, membre d’un mouvement de gauche et étudiant à l’université de Taza (nord-est), observe une grève de la faim depuis le 19 décembre.

La ville de Taza a été récemment le théâtre de troubles en raison de tensions sociales sur fond de chomage et de pauvreté.

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *