Des choses graves se produisent et les responsables aux abris

Des choses graves se produisent et les responsables aux abris
0 commentaires, 12/12/2012, Par , Dans Chroniques

Le ministre des Finances nie toute responsabilité dans le document falsifié de la loi de Finances, qui a fuité de la Commission des Finances de la Chambre des Conseillers et, à son tour, le ministre délégué au Budget lui emboîte le pas et se lave les mains de toute implication dans cette affaire. Que s’est-il donc produit, et qui est responsable de ce fait très grave ?

Il est certain qu’il s’agit là d’un précédent ; un ou des inconnu(s) a, ou ont, fraudé en falsifiant un document figurant dans le texte de loi le plus important à voter par le parlement en session, en modifiant les comptes d’un Fonds particulier ouvert au nom du parlement.

Les deux ministres en charge du secteur ont rejeté toute responsabilité à travers leurs déclarations à la presse. Ainsi, M. Nizar Baraka a quitté le Maroc aussitot après l’adoption du projet de loi de Finances par la Chambre des Représentants et Driss Azami nie lui aussi. Personne n’a le courage de reconnaître sa responsabilité sur ce qui s’est produit. Je suppose que le ministère des Finances dispose d’une certaine maîtrise dans le traitement de pareils cas car, on s’en souvient, il aura suffi que notre confrère Akhbar Alyoum dévoile des documents extrêmement graves sur le versement de (très) grosses indemnités à de (très) hauts responsables publics pour que le département des Finances annonce connaître l’identité de ceux qui auraient été à l’origine de la fuite de ces documents, avant de les envoyer au tribunal.. Aussi, j’estime que ce même ministère doit pouvoir avoir les moyens d’identifier la source et les responsables de la falsification de ce document de la loi de Finances, trompant le gouvernement et la Chambre des représentants. L’opinion publique attend, et aura les plus grandes difficultés à admettre un retard dans la divulgation de ou des identité(s) du ou des responsable(s)… Cela serait considéré comme une tentative de couvrir un acte illégal et pénalement répréhensible.

Il n’est ni possible ni justifiable qu’un fonctionnaire soit jugé pour une accusation qui n’en est pas une, alors que le responsable d’un acte autrement plus grave reste impuni et libre comme l’air.

Il nous faut apprendre dans ce pays à assumer les responsabilités de nos actes et c’est pour cela que l’opinion publique ne peut comprendre que se produise ce qui se ou s’est produit, et que les deux ministres responsables s’en lavent les mains, puis aillent vaquer à leurs occupations…

Qui dirige donc ce ministère des Finances ?

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *