Démission du ministre égyptien de la Justice

0 commentaires, 21/04/2013, Par , Dans Flash

Le ministre égyptien de la Justice Ahmed Mekki a présenté sa démission, selon l’agence de presse Mena.

Cette démission est intervenue au lendemain de l’annonce par le président Mohamed Morsi d’un prochain remaniement ministériel et suite à une manifestation appelant à l’assainissement de l’appareil judiciaire, accusée d’être controlé par des magistrats nommés sous le régime du président déchu Hosni Moubarak.

La démission de Mekki, considéré comme un ardent défenseur de l’indépendance de la justice sous l’ère de Moubarak, est aujourd’hui l’une des principales revendications de l’opposition, qui conditionne sa participation aux prochaines législatives à un remaniement gouvernemental englobant le département de la Justice.

Vendredi dernier, des centaines d’islamistes ont manifesté devant la Cour suprême pour appeler au départ des juges nommés par l’ancien régime, notamment après la décision de libérer Moubarak et la crise qui a éclaté entre les pouvoirs judiciaire et exécutif sur la nomination d’un nouveau procureur général.

Début avril, le Conseil supérieur de la justice égyptienne avait invité le procureur général, Talaat Ibrahim, de présenter sa démission et se conformer à la décision de la justice annulant un décret présidentiel, limogeant son prédécesseur.

Le Conseil avait souligné qu' »il est judicieux que Talaat Ibrahim formule une demande exprimant son souhait de reprendre son travail au service de la justice ».

La justice égyptienne avait déclaré, en mars dernier, que la décision du président de limoger le procureur Abdelmadjid Mahmoud est « nulle et non avenue », ordonnant au ministre de la Justice de le réintégrer dans son poste.

En réaction, le procureur général avait annoncé son intention de faire appel à cette décision de justice annulant le décret de sa nomination émis par le président Mohamed Morsi.

M. Abdallah Ibrahim a estimé que cette décision de justice « ne doit pas être appliquée », et qu’il allait « suivre les étapes légales pour faire appel ».

Le président égyptien Mohammed Morsi avait démis de ses fonctions le procureur général Abdelmajid Mahmoud, accusé par des manifestants d’avoir minoré les preuves à charge dans une affaire impliquant d’anciens responsables de l’ère Moubarak.

Afin de contourner la loi, qui empêche le chef de l’Etat de révoquer le procureur Abdelmajid Mahmoud, le président égyptien l’a nommé ambassadeur auprès du Vatican, le démettant ainsi de facto de ses fonctions judiciaires.

Mots Clefs:
justice

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *