Décès d’une femme enceinte à Settat

Décès d’une femme enceinte à Settat

Le ministère de la santé a affirmé, mardi, qu’il n’y a pas eu de négligence du personnel médical et infirmier de l’hôpital Hassan Il de Settat dans la prise en charge de Milouda Mabrouk Bent Aïdi, décédée le 29 novembre dernier alors qu’elle était enceinte de neuf mois.

Dans une mise au point parvenue à la MAP, le ministère relève que « le service des urgences de l’hôpital Hassan Il de Settat a reçu Mme Milouda Mabrouk Bent Aïdi en état de décès. Le constat du décès a été fait par l’équipe médicale de garde des urgences ».

Réagissant à des informations relayées par certains journaux au sujet du décès, le ministère indique que « conformément aux dispositions du règlement intérieur des hôpitaux, le cadavre a été mis à la morgue, et le Procureur du Roi, qui a été informé, a demandé une autopsie ».

La famille de la défunte, ajoute la mise au point, déclare avoir ramené la défunte à deux reprises pour accouchement au domicile d’une infirmière retraitée à Settat, avant de l’évacuer après complication de son état de santé aux urgences de l’hôpital Hassan II où elle est arrivée en état de décès.

Le procureur du Roi a été informé de cet incident, « du fait que la Direction Régionale de la Santé de la Région de Chaouia Ourdigha ne dispose pas d’information sur l’autorisation de l’infirmière en question à faire les accouchements, et du fait que l’arrivée tardive de la défunte à l’hôpital est due à la fréquentation du domicile de l’infirmière précitée ».

A cet effet, le Directeur Régional de la Santé a porté plainte auprès du Procureur du Roi contre l’infirmière en question pour exercice de sage-femme sans autorisation, conclut le ministère.

Mots Clefs:
Settat

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *