Dakhla : découverte de l’épave paquebot allemand coulé en 1914

Dakhla : découverte de l’épave paquebot allemand coulé en 1914

Le ministère de la culture a annoncé la découverte de l’épave d’un paquebot allemand qui avait été coulé le 26 août 1914 au large de Dakhla.

L’épave du paquebot « Kaiser Wilhelm » a été retrouvée par une mission scientifique nationale dépêchée sur les lieux durant la période du 23 au 29 septembre dernier, à la suite d’informations apportées par des membres de l’association « Salam », indique le ministère dans un communiqué, dont copie est parvenue à la MAP.

Après des plongées ayant duré trois jours (27, 28 et 29 septembre), il s’est avéré que les vestiges découverts sont bien ceux du navire allemand, comme en témoigne le nom écrit sur une partie de l’épave, indique la même source, notant que le paquebot en question garde toujours certaines de ses caractéristiques, à l’image des fenêtres circulaires, ainsi que les couloirs et les chambres enfouis sous le sable au fond de la mer.

La mission estime que la partie identifiée est la proue du paquebot qui gît à 23 mètres sous la surface de la mer, relevant que d’autres parties se trouveraient sur le site de la découverte ou sur les sites avoisinants au regard de la taille du navire.

Le site du paquebot a été révélé dans les années 50 du siècle précédent et est souvent évoqué dans le patrimoine oral de la région. Selon des données historiques, le paquebot avait coulé le 26 août 1914 par un navire de guerre britannique.

De même source on précise que le paquebot allemand a été considéré comme l’un des plus importants navires transcontinentaux à l’époque. Conçu initialement pour le trafic civil, « Kaiser Wilhelm », devenu navire de guerre en 1897, est le premier paquebot au monde à être pourvu de quatre cheminées. Il mesurait 200 mètres de longueur pour 20 mètres de largeur.

Le ministère de la culture fait savoir qu’il procèdera à la réalisation de vastes opérations de recherches au niveau du site, une fois les conditions techniques et légales réunies, conformément aux dispositions de la convention de l’Unesco de 2001 relative au patrimoine subaquatique signée par le Maroc

Composée de Aze-Eddine Kra, ingénieur spécialisé dans la recherche sur le patrimoine subaquatique au ministère de la culture, et Mohamed Khaya Laghdaf, directeur régional de la culture dans la région de Oued Eddahab-Lagouira, la mission scientifique a été accompagné de membres et de plongeurs de l’association Salam.

Mots Clefs:
DakhlaMaroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *