Corruption à Tétouan : un caïd et un inspecteur des impôts pris la main dans le sac

Corruption à Tétouan : un caïd et un inspecteur des impôts pris la main dans le sac

Selon le quotidien Al Massae, un caïd de Tétouan sous les ordres du wali Mohamed El Yaâkoubi, aurait remis à un entrepreneur en délicatesse avec la justice un certificat d’indigence, c’est-à-dire un document assurant que l’intéressé est un pauvre diable qui ne peut subvenir à ses besoins. Cet entrepreneur aurait également reçu des mains d’un inspecteur des impots un document officiel certifiant que l’intéressé, le gros bonnet, ne devait rien à l’Etat et qu’il était blanc comme neige.

Or, selon Al Massae, qui a eu accès au dossier judiciaire de ce privilégié, un rapport « détaillé » des Renseignements généraux (RG), commandité par le procureur du roi, signale que le gros bonnet est loin d’être un indigent puisque durant les deux dernières années il a vendu plusieurs biens immobiliers, qu’il a transmis au nom de son épouse un appartement d’une valeur d’un million de DH et qu’il possède des actions dans trois entreprises de construction.

Les RG signalaient aussi que l’homme était recherché par la police pour avoir émis plusieurs chèques sans provision, le premier de 160 000 DH et les autres d’une valeur totale avoisinant les 740 000 DH.

Avec tout cet historique, le procureur du roi à Tétouan a tout de même trouvé la bonne manière pour classer le dossier…

C’est connu, la corruption est endémique à Tétouan, considérée à tort ou à raison comme l’une  des capitales mondiales du trafic de drogue. les plus grands capos de la drogue marocains résident ou sont originaires de cette ville. C’est ici qu’en 2003 une fournée de hauts magistrats, de préfets et de policiers avait été arrêtée et expédiée en prison pour complicité dans le trafic de drogue. Après un cirque médiatique savamment orchestré et une première condamnation en première instance, la plupart de ces fonctionnaires ont pourtant été innocentés et libérés en appel … Au grand étonnement des juristes qui n’ont jamais pu, ou voulu!, expliquer, cette étrange indulgence.

Une des raisons qui ont poussé cette année l’ex-capitaine Mustapha Adib à quitter le Maroc c’est le refus d’une caïda de Marrakech à lui fournir le certificat d’indigence, un document auquel il avait droit en raison de sa très difficile situation financière due au refus téléguidé des entreprises marocaines pour le recruter.

Adib aurait dû venir demander ce document à la wilaya de Tétouan. Pour quelques dirhams on peut non seulement obtenir un bon certificat d’indigence mais aussi tous les documents officiels qu’on veut.

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *