Sebta et Melillia : Des ONG Marocaines demande la présence d’observateurs internationaux

Sebta et Melillia : Des ONG Marocaines demande la présence d’observateurs internationaux

Dix ONG présentes au Maroc ont réclamé mardi l’envoi « d’observateurs internationaux » « de part et d’autre des frontières » des enclaves espagnoles de Sebta et Melillia face aux « violations graves des droits » des migrants, alertant par ailleurs sur une « crise humanitaire » dans leurs centres à Rabat.

« Nous demandons au Conseil national des droits de l’Homme (officiel) au Maroc et a l’ONU de missionner des observateurs internationaux, de part et d’autre des frontières de Sebta et Melillia, afin de relever les violences et violations graves de droit dont les migrants sont l’objet », affirment ces ONG dans un texte transmis à l’AFP.

Parmi les pratiques dénoncées figure, selon elles, des « déplacements forcés » de migrants du nord du Maroc vers la capitale Rabat.

Depuis « décembre, nos organisations ont constaté l’arrivée quotidienne de dizaines, puis de centaines de migrants déposés dans divers lieux de l’agglomération par des bus réquisitionnés par les forces de l’ordre », avancent-elles, ajoutant ne pas avoir « obtenu jusqu’ici d’explication officielle ».

D’après le texte, une de ces ONG, Caritas, a en conséquence été contrainte de « fermer durablement ses portes » mardi, en raison de la « surfréquentation inégalée » de son centre et de « situations médicales dont la prise en charge dépasse ses capacités ».

« Les actions d’accompagnement mises en oeuvre par nos associations sont inadaptées à ce que nous considérons comme une crise humanitaire », clament-elles.

Le Maroc et l’Espagne font face à un afflux de migrants d’origine subsaharienne dont un grand nombre cherchent à rejoindre Sebta et Melillia, seules frontières terrestres entre l’Europe et l’Afrique.

Les autorités marocaines affirment que près de 30.000 clandestins se trouvent actuellement sur son sol. En réponse aux critiques, elles ont lancé un programme de « régularisation exceptionnelle » sur l’année 2014.

Vendredi, Madrid a de son côté une nouvelle fois appelé à la responsabilité de l’UE sur la lutte contre l’immigration clandestine, quelques jours après l’une des tentatives les plus massives de franchissement de la frontière grillagée de Melillia, où les centres d’accueil sont là aussi débordés.

Début février, 15 migrants étaient morts noyés en tentant de gagner à la nage le littoral de Sebta, entraînant une polémique en Espagne sur l’utilisation par la police de balles en caoutchouc.

Une réunion entre les ministres marocain et espagnol de l’Intérieur était prévue mercredi à Tanger (nord). Mais selon des médias espagnols, elle a été reportée en avril.

Evoquant cette rencontre, Human Rights Watch (HRW) a exhorté Madrid et Rabat à « mettre en place des procédures afin de protéger les droits des migrants ».

« L’Espagne a l’intention de faire pression en faveur d’un mécanisme explicite permettant l’expulsion sommaire et immédiate des migrants clandestins depuis Sebta et Melillia », a ajouté l’ONG dans un communiqué.

Des « informations » sur de telles expulsions ont déjà été rassemblées, selon HRW, qui dénonce une « violation des lois espagnole, européenne et internationale ».

 

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *