Bienvenue, Monsieur le Président, mais…

Bienvenue, Monsieur le Président, mais…
0 commentaires, 04/04/2013, Par , Dans Chroniques, Couverture

Bienvenue à vous au Maroc, M. le Président de la République française, François Hollande, bien que vous ayez rompu avec une tradition française qui voulait que tout nouvel élu à l’Elysée se dirige d’abord à Rabat pour son premier déplacement, et bien que vous ayez préféré vous rendre à Alger en premier, avant Rabat… Nous, Marocains, ne sommes pas sentimentalistes au point de vous tenir rigueur pour ces changements protocolaires hérités des présidents de droite ; mais, en revanche, nous voudrions attirer votre attention, M. Hollande, vous qui appartenez à ces hommes politiques français qui connaissent bien le Maroc et qui mesurent ses besoins bien mieux qu’un grand nombre de Marocains, que beaucoup de choses ont changé chez nous… Ainsi, les élites francophones traditionnelles sur lesquelles la France s’appuyait, même si elles nageaient à contre-courant des intérêts de leur propre pays, ne sont plus aussi puissantes ni influentes qu’autrefois ; mais il existe à l’inverse une nouvelle génération de Marocains qui attendent de vous une révision urgente des déséquilibres marquant les relations entre Rabat et Paris. Sans doute avez-vous entendu parler du mouvement « Stop TGV » et du débat médiatique et politique qu’il a su et pu soulever, au point que quatre ministres actuels s’étaient prononcés contre ce projet du TGV en raison du fait qu’ils le considéraient comme une faveur abusive, excessive, accordée à Sarkozy pour compenser l’échec de la vente de « Rafale » à l’armée de l’air marocaine.

Au lendemain des élections législatives de 2011 ici, et après la désignation d’Abdelilah Benkirane comme chef du gouvernement, l’ambassadeur de France lui avait rendu visite, inquiet, pour s’enquérir de l’avenir des relations entre les deux pays… car il existe effectivement des raisons de s’inquiéter de la bonne tenue de ces relations traditionnelles et historiques qui unissaient, et unissent toujours, la France et le Maroc. La France est l’ancienne puissance coloniale qui avait occupé le Maroc, tué ses enfants, et intégré ses soldats dans ses guerres contre l’Allemagne et contre l’Indochine ; en dépit de cela, et jusqu’à ce jour, aucun président français n’a jamais jugé utile de présenter ses excuses au Maroc. Et ne parlons même pas de dédommagements pour les drames et tragédies du Protectorat…

La France n’a jamais pensé à relire cette page d’histoire, mais aujourd’hui d’autres pages ont été ouvertes et qui doivent être prises en considération. La France est un pays ami du Maroc et défend une partie de ses intérêts en Europe, elle soutient sa cause dans l’affaire du Sahara et prodigue des conseils à Rabat sur moult questions – certains étant très utiles pour l’avancée du processus démocratique chez nous –, les touristes venant de France sont les premiers en nombre à visiter le Maroc, les entreprises françaises investissent dans notre pays bien plus que d’autres, européennes et/ou américaines, et le contingent le plus important des étudiants étrangers en France vient du Maroc. Tout cela est exact et augure d’excellentes relations entre nos deux pays. En face de cela, nous sommes le pays qui, après la France, emploie le plus la langue de Molière, un pays qui dépense beaucoup pour l’enseignement de cette langue dès les plus jeunes classes ; le français est également devenu la langue quasi officielle dans l’administration, dans les entreprises et dans le vaste monde de la finance. Ce choix est davantage politique que culturel car de nos jours, tout le monde sait que la langue de la science et de la connaissance, des médias et de la technologie est l’anglais, et à l’avenir ce sera le mandarin ou le castillan.

50.000 de vos ressortissants vivent parmi nous, et en toute liberté ils investissent, travaillent et se meuvent là où ils le souhaitent, sans rejet, sans racisme, à l’inverse de nos compatriotes qui résident dans votre pays et qui ont dû subir bien des avanies de la part d’une droite française agressive ; les traces de la politique raciste de Sarkozy sont encore visibles et menacent toujours la stabilité de tous ces gens et de leurs familles. Ces Marocains de France et de Navarre attendent de vous un geste humain avant même qu’il ne soit politique.

Notre peuple, qui connaît peu ou prou votre langue, votre histoire et la place de la France dans le concert des nations, est empêché d’aller visiter la Tour Eiffel et l’avenue des Champs-Elysées parce que les conditions d’obtention du visa font que l’entrée en France est plus difficile qu’au paradis. Chaque année, ce sont seulement 160.000 personnes qui obtiennent ce droit d’aller en France, alors que les autres, tous les autres sont bloqués, comme s’ils étaient tous des clandestins potentiels.

M. le Président, nous ne demandons pas que la France nous protège comme une mère couverait sa progéniture… non, ce que nous demandons est de voir instaurer une relation équilibrée de type « gagnant-gagnant ». Le Maroc compte 19 banques, dont 11 ont des capitaux français. La plus grande entreprise marocaine est Maroc Telecom et Maroc Telecom appartient à 53% à Vivendi. La plus grande partie de nos importations viennent de France, des armes aux pièces de rechange, en passant par les produits alimentaires de grande facture, et de grands crus… Et tout cela nous donne le droit d’interpeller la France, dont le cœur bat à gauche en cette phase de son histoire, avec des mots qu’elle comprend mieux et plus que nul autre pays : des relations équilibrées entre Nord et Sud sont possibles, la coexistence entre la démocratie occidentale et une démocratie née du et dans le désordre est aussi possible, et une politique de défense des intérêts communs où tout le monde serait gagnant est enfin également possible.

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *