Aucun survivant dans le crash d’un avion aux Alpes

Aucun survivant dans le crash d’un avion aux Alpes

Un Airbus A320 de la compagnie allemande low-cost Germanwings s’est écrasé mardi dans les Alpes françaises avec 150 personnes à bord, toutes mortes selon les autorités françaises, dans une catastrophe qui reste pour l’instant inexpliquée.

L’avion, qui effectuait la liaison entre Barcelone et Düsseldorf, s’est pulvérisé dans les montagnes près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), à environ 2.000 mètres d’altitude, dans une zone en pente très abrupte et difficile d’accès, où les hélicoptères ne peuvent se poser.

« On a un avion qui a littéralement explosé, les corps sont très abîmés », a déclaré le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, qui a ouvert une enquête pour homicide involontaire après avoir survolé le site.

Cette incrimination conduit à penser que la piste terroriste est à ce stade écartée et la compagnie aérienne Lufthansa , dont Germanwings est une filiale, a elle aussi déclaré travailler sur l’hypothèse d’un « accident ».

Les débris sont éparpillés sur environ un hectare avec à peine une demi-douzaine de gros éléments, a dit le lieutenant-colonel Jean-Paul Bloy, de la gendarmerie de Hyères (Var).

« Cela va être extrêmement compliqué pour relever les éléments sur place. Cela prendra des jours pour dégager d’abord les victimes, puis les débris », a-t-il dit.

Le général David Galtier, commandant de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), a annoncé mardi en fin d’après-midi que des gendarmes resteraient en altitude pendant la nuit mais que, pour l’essentiel, ils figeraient la scène de l’accident.

« On est toujours dans une phase de recherches, il n’y aura pas d’hélitreuillage des corps avant mercredi », a-t-il dit.

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *