Algérie: sursis et 1.000 euros d’amende pour une chanson moquant la police

Algérie: sursis et 1.000 euros d’amende pour une chanson moquant la police
0 commentaires, 02/05/2013, Par , Dans Couverture, Monde

Un chanteur algérien accusé de s’être moqué de la police dans une de ses compositions a été condamné jeudi à six mois de prison avec sursis et 100.000 dinars (1.000 euros) d’amende à Oran (ouest), a constaté une journaliste de l’AFP.

Le procureur du tribunal d’Oran avait requis le 25 avril six mois de prison ferme à l’encontre du chanteur de raï Cheb Fayçal, 29 ans, arrêté quelques jours plus tot après une plainte de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) qui l’accuse d’avoir interprété une chanson ironique sur la police et sur son patron, le général Abdelghani Hamel.

Dans la chanson incriminée, les policiers sont qualifiés de « balances ».

Mais le chanteur, de son vrai nom Fayçal Bensalah, jugé pour « atteinte aux corps constitués », avait nié les faits. « Ces paroles ne sont pas les miennes », avait-il déclaré, expliquant que s’il avait composé cette chanson les paroles avaient été par la suite modifiées.

La chanson n’avait pas été enregistrée dans un studio, mais l’air s’était propagé sur la toile et était chanté dans les stades.

En 2005, un autre chanteur de raï, Cheb Azzedine, avait été condamné à un an de prison ferme par un tribunal de Chlef (250 km à l’ouest d’Alger) après la diffusion d’une chanson dans laquelle il se moquait du wali (préfet) et du procureur de la République.

Le raï, né dans l’Ouest algérien, a été popularisé à l’étranger notamment par Khaled et Cheb Mami.

Mots Clefs:
Algérie

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *