Adoptions/Kafala : familles espagnoles ont adressé une lettre ouverte aux ministres espagnol et marocain de la Justice

Adoptions/Kafala : familles espagnoles ont adressé une lettre ouverte aux ministres espagnol et marocain de la Justice

Près de quarante familles espagnoles ont adressé une lettre ouverte aux ministres espagnol et marocain de la Justice, qui se rencontreront mardi à Madrid, réclamant une « solution d’urgence » pour relancer leurs processus d’adoption, freinés depuis des mois à cause d’une nouvelle norme.

En septembre 2012, une circulaire du ministère marocain de la Justice est venue durcir la législation du royaume en privant les non-résidents de la possibilité d’une adoption.

Depuis, des familles dont les procédures étaient en cours s’inquiètent d’une possible rétroactivité de la mesure et d’un éventuel blocage.

« Les jours passent et, pendant ce temps, les enfants grandissent dans un établissement pour orphelins, privés de la chaleur d’une famille », écrivent les 39 familles signataires de la lettre en français adressée aux ministres espagnol Alberto Ruiz Gallardon et marocain Mustafa Ramid.

« Ce problème exige une solution d’urgence », lancent-elles.

La circulaire « a représenté un changement inattendu et drastique dans les règles du jeu », selon les familles.

« Nous n’aurions jamais entamé un processus pour avoir la tutelle d’un mineur marocain si nous avions su que cela nous obligerait à installer notre résidence au Maroc de façon permanente », expliquent-elles, car « tout ce qui nous assure une stabilité se trouve chez nous, avec notre famille, dans notre environnement, avec notre travail, nos amis ».

La situation des familles en cours d’adoption avait été débattue lors de la Rencontre de haut niveau (RHN) Maroc-Espagne en octobre dernier, selon les familles signataires.

« Depuis cette date, plus de huit mois se sont écoulés mais rien n’a été résolu », accusent-elles.

Appelée kafala au Maroc, l’adoption est réservée aux musulmans –ou aux convertis à l’islam– et permet de recueillir un orphelin qui n’aura, toutefois, jamais les mêmes droits d’héritage qu’un enfant d’un mariage légal.

C’est la procédure en vigueur dans la plupart des pays musulmans, où l’adoption est en principe conditionnée par la religion.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ahmed Belaarej

2 commentaires

  1. juin 10th, 2013 21:00

    http://www.Kafala.fr vient en aide aux enfants abandonnés et aux orphelins du Maroc. Afin d’offrir à ces enfants une situation stable et pérenne, l’association soutient les personnes désireuses de prendre en charge un orphelin via la Kafala judiciaire (Tutelle). Si vous aimez n’oubliez pas de cliquer sur j’aime sur la page facebook : http://www.facebook.com/kafala À partager !

    Répondre

    • Maghribi
      juin 11th, 2013 16:04

      désolé mais c’est votre propre avis que je respecte l’autre avis qui est majoritaire au sein des marocain et qu’un enfant née musulman doit le resté c’est notre devoir autant que marocain musulman
      ce qui ce passe dans le cas suivant c’est une sorte d’Évangélisation

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *