Affaire des primes de Mezouar : Les héros deviennent des malfrats

Affaire des primes de Mezouar : Les héros deviennent des malfrats

Quel message renvoie le verdict final prononcé dans l’affaire des primes de Mezouar ?

Abdelmajid Louiz, haut fonctionnaire du ministère de l’Économie et des Finances qui a révélé au grand jour les «échanges de primes» entre Salaheddine Mezouar, alors ministre de l’économie sortant et Nourredine Bensouda, Trésorier du Royaume a écopé de deux mois avec sursis, assortis d’une amende de 2.000 DH pour « divulgation de secret professionnel et participation ».

Ce jugement prononcé récemment, après plusieurs mois de procès,  montre clairement que  notre pays manque d’une véritable volonté politique pour favoriser la transparence et renforcer la protection des témoins et des dénonciateurs.

Abdelmajid A s’est ainsi vu poursuivi en justice alors qu’il devait être perçu comme un héros à l’instar de Julian Assange avec Wikileaks ou Edward Snowden avec  l’affaire des écoutes américaines sur les réseaux du monde entier, personnages qui par amour de la vérité ont divulgué des informations jusque-là considérées comme des secrets d’État.

Mots Clefs:
justiceMaroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *