A quoi sert la Cour des Comptes ?…

A quoi sert la Cour des Comptes ?…
0 commentaires, 28/01/2013, Par , Dans Chroniques, Couverture

La publication du rapport de la Cour des Comptes pour l’exercice 2011 remet sur le devant de la scène la désormais rituelle question autour de la pratique de cette institution consistant à ne pas généraliser ses missions d’audits à tous les organismes publics, et à se contenter de limiter son travail et ses missions à des domaines et institutions précises et limitées. Reposons donc la question, une nouvelle fois… Pourquoi donc ne pas généraliser la fonction de controle de la Cour des Comptes à d’autres institutions ? Qu’est-ce qui empêche donc cela ? Approfondissons encore plus la question et osons aller plus loin en développant cette question embarrassante et en demandant si la sélection opérée par la Cour des Comptes, et excluant donc certains organismes, relève du plus pur hasard ou est le fait de données que seuls Dieu et les responsables de cette Cour connaissent ?

Malgré toute la considération que nous portons à M. Driss Jettou, nous disons que les explications qu’il avait apportées à ce sujet lors de la discussion du budget de la Cour des Comptes au parlement n’étaient pas très convaincantes, bien que les observateurs aient noté et bien noté que M. Jettou avait promis qu’il n’existerait sous son mandat aucune institution qui puisse se considérer à l’abri d’un audit de la Cour des Comptes. L’opinion publique attend donc qu’il fasse honneur à son engagement…

Nous pouvons, quant à nous, citer moult exemples de tous ces organismes et administrations publiques qui ont l’heur de constituer des exceptions précisément aux controles des magistrats financiers de Driss Jettou, comme les préfectures et wilayas, qui relèvent du ministère de l’Intérieur… et d’une manière générale, je peux même dire que tous les services et toutes les administrations placés sous la tutelle ou relevant directement de l’Intérieur ne sont jamais approchés par les juges de Jettou, voire même que ces derniers n’osent même pas aller frapper à leurs portes. Mais si nous considérons un instant les budgets et autres fonds particuliers gérés par ces administrations, nous pourrons mesurer l’importance du role de la Cour des Comptes et de sa mission de controle de ces organismes sous tutelle du ministère de l’Intérieur. Nous pouvons citer encore d’autres institutions publiques stratégiques qui échappent à tout controle des hommes et des femmes de Jettou, comme l’OCP, ou la CDG ou encore la CNSS et l’administration de la Défense nationale, et la liste n’est pas exhaustive…

Il est regrettable et affligeant de constater que la Cour des Comptes bombe le torse face aux petits, mais dès qu’il s’agit de grandes institutions, elle imite l’autruche en enfouissant sa tête dans le sable. Et nous ajoutons que les grands fonds et les grandes dépenses ne peuvent en aucun cas être du fait de petites communes rurales qui n’ont même pas de quoi assurer leurs fins de mois et les salaires qui vont avec… Non, les milliards, tous ces milliards que les Marocains n’arrivent même pas à exprimer son engagés, dépensés, gérés par ces grandes institutions que nul ni rien ne controle.

Nous n’accusons personne, mais nous nous contentons de nous interroger sur le role et la fonction de la Cour des Comptes…

De simples interrogations… mais les concernés se reconnaîtront, bien évidemment.

Mots Clefs:
Marocains

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *