9 militants du 20-février mis en liberté provisoire

9 militants du 20-février mis en liberté provisoire

Les militants du mouvement pro-réformes du 20-Février emprisonnés à la suite de leur arrestation en avril en marge d’une manifestation à Casablanca, au Maroc, ont été remis mardi en liberté provisoire, lors d’une audience en appel, a-t-on appris de sources judiciaires.

Ces neuf militants ont interjeté appel de leur condamnation, le 22 mai, à des peines de six mois à un an de prison ferme pour « organisation d’une manifestation non autorisée » et « violences envers des fonctionnaires de police ». Ils ont été arrêtés le 6 avril durant une marche syndicale ayant rassemblé 10.000 personnes à Casablanca dans le but de protester contre la politique du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Des ONG ont affirmé que ce groupe de militants a été arrêté après avoir scandé des slogans « contre le régime dans son ensemble », tandis qu’une source policière a affirmé que cinq membres des forces de l’ordre ont été blessés après avoir été pris à partie.

« C’est une très bonne nouvelle pour nous, pour les familles mais aussi pour le Maroc car nous sommes inquiets de l’évolution actuelle des droits de l’Homme », a réagi leur avocat, Mohammed Messaoudi, joint par téléphone.

« Notre joie sera complète si +Lhaqed+ est lui aussi libéré cet après-midi », a-t-il ajouté, en allusion à Mouad Belghawat -considéré comme le chanteur du mouvement du 20-Février-, dont il est aussi le conseil.

Agé de 26 ans, « Lhaqed » (« le rancunier », son surnom) est actuellement jugé pour « ébriété sur la voie publique », « atteinte à agent des forces de l’ordre », « insultes » et « vente de billets au marché noir », à la suite de son arrestation avant un match de football le mois dernier.

Le rappeur, qui plaide son innocence, a déjà réclamé à plusieurs reprises sa remise en liberté provisoire.

Il est écroué à la prison d’Oukacha, où il avait déjà purgé une peine d’un an –jusqu’en mars 2013– après sa condamnation pour « outrage à la police », liée à la diffusion d’un clip sur Youtube.

Né durant le Printemps arabe, le 20-Février réclame des réformes sociales et politiques profondes, mais ses activités ont décliné, les militants dénonçant une répression.

Les autorités affirment elles que les principales revendications ont été satisfaites avec l’adoption à l’été 2011 d’une nouvelle Constitution, à l’initiative du roi.

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *