2 journalistes Marocains sanctionnés pour avoir qualifié d’agression ce qui se passe au Yémen

2 journalistes Marocains sanctionnés pour avoir qualifié d’agression ce qui se passe au Yémen

Deux journalistes de la télévision publique marocaine 2M ont été sanctionnés après la diffusion d’un reportage qualifiant d' »agression » les opérations militaires de la coalition arabe au Yémen, auxquelles participe le Maroc, a indiqué jeudi une responsable de 2M.

La chaîne a diffusé mercredi, dans son journal de la mi-journée, un reportage consacré à une marche des rebelles houthis au Yémen, lors duquel la journaliste de 2M utilise le terme d' »agression » pour qualifier les frappes de la coalition.

« Sur la terre du Yémen, l’agression se poursuit toujours », peut-on entendre dans ce reportage, qui donne la parole à des manifestants houthis.

Il s’agit d’une « erreur professionnelle » car le « terme agression ne traduit pas la réalité de l’action menée par les forces de la coalition, (…) ni même la ligne éditoriale de 2M », a déclaré jeudi au site Le360 la directrice de l’information de 2M, Samira Sitaïl.

Elle a indiqué que des sanctions avaient été prises contre la journaliste et la rédactrice en chef du journal, à savoir une mise à pied de 30 jours pour la première et un avertissement pour la seconde.

Interrogée par l’AFP, Mme Sitaïl a confirmé ces propos, sans faire d’autre commentaire.

Mercredi soir, la chaîne publique avait déjà présenté ses excuses à l’antenne.

Le Maroc, qui participe à la coalition arabe, a perdu le 10 mai un pilote dans le crash d’un avion de combat, dans des circonstances floues: les rebelles chiites ont affirmé l’avoir abattu tandis que la coalition a assuré qu’il s’agissait d’un problème technique ou d’une erreur humaine.

Le jeune pilote a été enterré mercredi à Casablanca, après que des honneurs militaires lui eurent été rendus.

Le Maroc, un allié de Ryad, a expliqué fin mars avoir « décidé d’apporter toutes les formes d’appui à la coalition pour le soutien de la légitimité au Yémen dans ses dimensions politique, de renseignement, logistique et militaire ». Selon les médias marocains, six F-16 au total ont été engagés dans les opérations.

Mots Clefs:
MarocPresse

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *