10 mois de prison contre Hicham Mansouri pour « complicité d’adultère »

10 mois de prison contre Hicham Mansouri pour « complicité d’adultère »

Un militant de la liberté de la presse a été condamné à 10 mois de prison ferme dans la nuit de lundi au mardi pour « complicité d’adultère » par un tribunal au Maroc, selon son avocate qui a annoncé avoir fait appel.

Hicham Mansouri, chef de projet de l’Association marocaine des journalistes d’investigation (AMJI), et « la femme qui a été arrêtée en sa compagnie » ont été condamnés à 10 mois de prison ferme chacun, a déclaré son avocate, Me Naima El Guellaf. Cette dernière a indiqué avoir interjeté appel.

La loi marocaine interdit les relations sexuelles hors mariage, passible de peines allant d’un mois à un an de prison, et condamne également l’adultère à des peines pouvant atteindre deux ans de prison.

Le président de l’AMJI, Maâti Monjib, membre du comité de soutien de Hicham Mansouri, a qualifié le procès de « politique », dans une déclaration. L’ONG Front Line Defenders s’est dit elle « préoccupée » par cette arrestation qui « semble uniquement liée (au) travail légitime et pacifique en faveur des droits humains » de M. Mansouri.

Me Guellaf estime que le procès a connu des « irrégularités ». En effet, « le parquet ne peut se saisir du dossier que dans le seul cas où le mari se trouve à l’étranger », alors que dans ce cas « le mari se trouvait au Maroc et n’a pas initié la plainte », selon elle.

Hicham Mansouri a été arrêté le 17 mars à son domicile par « dix agents de police habillés en civil sans qu’il soit présenté un mandat d’arrêt », selon un communiqué de l’AMJI, active dans « la promotion du journalisme d’investigation et de la liberté d’expression ».

Mots Clefs:
justiceMarocPresse

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *